PARIS - Selon les scientifiques, la journée de samedi durera une seconde de plus.

Le fuseau temporel universel affichera l'inhabituel 11:59:60 avant d'atteindre minuit.

Les responsables de la bonne marche du temps terrestre ajoutent périodiquement une «seconde flottante» pour compenser le ralentissement graduel de la rotation de la Terre.

Les experts du International Earth Rotation and Reference System Service imposent cet ajustement lorsque le mouvement de la planète n'est plus synchronisé avec les horloges atomiques utilisées pour mesurer le temps.

Le temps nécessaire pour que la Terre tourne sur son axe — la définition d'une journée — est désormais plus longue d'environ deux millisecondes qu'il y a un siècle, affirme Geoff Chester, le porte-parole de l'Observatoire naval américain. Cela équivaut à environ trois quarts de seconde par année.

Il s'agit de la première seconde additionnelle depuis janvier 2009 et la 25e depuis le début des ajustements en 1972. Selon les scientifiques, la prochaine pourrait n'être nécessaire qu'en 2015 ou 2016.

Au dire de Rbberto Abraham, qui enseigne l'astronomie à l'Université de Toronto, sans les secondes additionnelles, le temps serait éventuellement «décalé».

«Après 500 ans, vous auriez une horloge qui affiche midi, mais le soleil serait à deux heures de son apogée dans le ciel», dit-il.

Il ne devrait pas y avoir d'effet notable sur les ordinateurs ou les autres appareils qui nécessitent une mesure précise du temps, parce qu'ils s'ajustent eux-mêmes à ces secondes additionnelles.

Plutôt cette année, les responsables de la mesure du temps de partout dans le monde ont débattu de la possibilité d'éliminer la pratique consistant à ajouter des secondes flottantes. Ils ont finalement décidé que plus de temps était nécessaire pour prendre une décision, et reprendront les discussions en 2015.