NOUVELLES

Le président gabonais rencontre François Hollande à Paris le 5 juillet

29/06/2012 11:30 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba rencontrera le président français François Hollande le 5 juillet à Paris avec comme objectif de "raffermir la coopération" dans "des relations dénuées de tout soupçon", a annoncé la présidence gabonaise vendredi.

"Le président Ali Bongo séjournera à Paris du 4 au 5 juillet (...) La rencontre avec le président français aura lieu le 5 février. Le président Ali Bongo devrait recevoir un certain nombre de personnalités françaises" pendant son séjour, a déclaré Alain Claude Bilié Bi Nzé, porte-parole de la présidence.

"Cette rencontre sera la première entre les deux hommes, mais pas la première entre les présidents gabonais et français (...) Le président Bongo a la volonté de raffermir la coopération", a-t-il poursuivi.

"Il y a quelques années lorsque le président Nicolas Sarkozy était venu en visite ici, le chef de l'Etat gabonais (Ali Bongo) avait énoncé deux principes qui ont été partagés par le chef de l'Etat français: le premier principe c'est gagnant-gagnant. Il faut que la coopérations soit regardée sous cet angle au plan économique, culturel, scientifique, militaire".

"L'autre axe que le chef de l'Etat (gabonais) a réaffirmé et qui fait beaucoup de reprises dans la presse, c'est la question de la mort de la Françafrique. C'est pour nous quelque chose de fondamental. La nécessité d'établir des relations qui soient dénuées de tout soupçon mais qui soient des relations claires telles que nous les avons avec les autres pays", a souligné le porte-parole.

Répondant à une question concernant les attentes de l'opposition gabonaise quant à l'arrivée de la gauche au pouvoir en France, le porte-parole de la présidence a déclaré: "Le Gabon entretient avec la France une relation séculaire. Elle est historique. Qu'il s'agisse de gouvernements de droite ou de gauche, c'est l'Etat français. Notre coopération avec la France n'est pas avec les partis politiques mais avec l'Etat français. Nous observerons comment le gouvernement de Jean-Marc Ayrault va pouvoir poursuivre la coopération avec l'Etat gabonais".

M. Bilié Bi Nzé a justifié la volonté gabonaise de se tourner vers d'autres partenaires tout en conservant des liens économiques avec la France: "La France est encore le principal partenaire économique de notre pays. La volonté de diversifier nos partenariats n'induit pas la nécessité de réduire la part des Français dans l'économie".

"Les investissements français représentaient au moins 1,5 milliards d'euros en 2009 soit 75% des investissements étrangers au Gabon. Dans les secteurs pétroliers, minier et du bois, les entreprises françaises implantées au Gabon réalisent environ 50% de nos exportations sur le marché mondial. Environ 150 entreprises françaises sont présentes dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics. La France exporte (vers le Gabon) pour 566,8 millions d'euros en biens d'équipements professionnels, produits industriels et agroalimentaires", a-t-il précisé.

Les groupes Total, Eramet, Bolloré et Rougier, notamment, sont très présents au Gabon.

pgf/aub

PLUS:afp