NOUVELLES

Le Mercosur suspend le Paraguay après la destitution du président Lugo

29/06/2012 07:37 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

MENDOZA, Argentine - La communauté économique des pays d'Amérique du Sud a suspendu le Paraguay, vendredi, pour exprimer son désaccord après la destitution du président Fernando Lugo, mais a décidé de ne pas imposer de sanctions économiques au pays.

Le Marché commun du Sud, aussi connu sous le nom de Mercosur, a également annoncé que le Venezuela deviendrait un membre régulier de l'organisation à partir du 31 juillet.

Le président Fernando Lugo a été destitué par le Congrès du Paraguay la semaine dernière dans le cadre d'une procédure expéditive motivée par une opération d'éviction de paysans sans terre qui a fait 17 morts.

La présidente de l'Argentine, Cristina Fernandez, a déclaré aux autres chefs d'État présents au sommet du Mercosur que «l'ordre démocratique» avait été rompu au Paraguay parce que M. Lugo n'a pas eu l'occasion de se défendre de façon appropriée. Le Paraguay restera suspendu de l'organisation jusqu'à la prochaine élection présidentielle, prévue l'an prochain.

Mais Mme Fernandez a précisé que le Mercosur n'imposerait pas de sanctions économiques au Paraguay parce que les sanctions «ne font jamais mal au gouvernement mais font toujours mal au peuple».

Le Paraguay est l'un des pays les plus pauvres d'Amérique du Sud et toute sanction économique aurait des conséquences désastreuses, puisque la moitié des échanges commerciaux du pays se font avec l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay, tous membres du Mercosur.

L'organisation a interdit au successeur de M. Lugo, le vice-président Frederico Franco, de participer au sommet. M. Franco a fait valoir que la transition du pouvoir au Paraguay s'était déroulée conformément à la loi.

Fernando Lugo avait d'abord affirmé qu'il assisterait au sommet pour plaider sa cause, mais il a finalement changé d'idée. Il s'est ensuite prononcé contre d'éventuelles sanctions économiques, estimant qu'elles n'affecteraient que les Paraguayens ordinaires.

«Nous sommes désolés que le Paraguay soit absent parce qu'il n'a pas de gouvernement légitime!», a écrit le président vénézuélien Hugo Chavez sur son compte Twitter.

Lors du sommet, la président argentine a aussi annoncé que le Venezuela deviendrait un membre régulier de l'organisation lors d'une cérémonie à Rio de Janeiro le 31 juillet.

Le Venezuela, présentement membre associé du Mercosur, tente d'obtenir un statut permanent depuis des années. Fernando Lugo avait soutenu l'adhésion du Venezuela en affirmant que son pétrole pourrait aider les petits pays membres de l'organisation, mais la décision était jusque-là bloquée par les parlementaires paraguayens.

Hugo Chavez a salué la décision du Mercosur, affirmant qu'il s'agissait d'«un jour dans l'histoire de l'intégration». Lors d'une entrevue téléphonique avec la chaîne vénézuélienne Telesur, il a réitéré sa conviction selon laquelle la destitution de M. Lugo équivaut à un coup d'État.

«Je n'ai aucun doute que derrière ce groupe de sénateurs et de députés, il y a la main d'un empire», a-t-il dit en référence au gouvernement américain. Il n'a pas donné de preuves pour soutenir cette allégation.

PLUS:pc