NOUVELLES

Le Canada condamne la répression des manifestations au Soudan

29/06/2012 02:37 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

Le Canada a appelé vendredi les autorités soudanaises à mettre fin "immédiatement" à la répression contre les manifestants et à libérer des journalistes, des militants et des blogueurs écroués.

"Le Canada est préoccupé par la réponse des forces de sécurité aux manifestations qui se sont intensifiées à Khartoum et dans d'autres villes du Soudan au cours des 10 derniers jours", a déclaré le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, dans un communiqué.

"Le gouvernement du Soudan doit mettre fin immédiatement à toute violence", poursuit le chef de la diplomatie canadienne, qui condamne les arrestations de blogueurs, de journalistes et de militants au cours de la dernière semaine et demande "leur libération immédiate".

Un mouvement de contestation, qui a débuté le 16 juin, s'est intensifié après l'annonce d'un vaste plan d'austérité comprenant des hausses d'impôts et l'abandon des subventions aux carburants, dont les prix ont augmenté de 50%.

La police a dispersé vendredi à Khartoum à coups de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes des centaines de manifestants qui réclamaient la chute du président Omar el-Béchir, ont rapporté des témoins, au 14e jour d'un mouvement de contestation inédit.

Deux agents des services des renseignements soudanais ont aussi perquisitionné le bureau de l'AFP à Khartoum et arrêté un correspondant travaillant pour l'agence à temps partiel qui avait pris des photos de manifestations anti-régime.

Le président soudanais Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 23 ans, soutient que les manifestants sont manipulés et assure que le mouvement de contestation reste très limité.

amch/gl/bar

PLUS:afp