Plus de huit ans après l'apparition à la télévision d'un sein nu de la chanteuse Janet Jackson, la Cour suprême a refusé vendredi de se saisir de l'affaire, mettant fin à ce litige au profit de la chaîne CBS face à l'autorité américaine de l'audiovisuel.

La Commission fédérale de régulation des communications (FCC), qui a autorité sur les chaînes de télévision non câblées et les radios, s'était offusquée du "dysfonctionnement de la garde-robe" de Janet Jackson en direct lors du Superbowl de 2004 et avait obtenu la condamnation de CBS à une amende de 550 000 dollars, laquelle avait été ensuite annulée en appel.

Saisie par la même FCC, la plus haute juridiction du pays a refusé de se pencher à nouveau sur cette affaire qui était déjà venue devant ses neuf juges en 2009.

Elle a de ce fait confirmé l'arrêt de la cour d'appel de Philadelphie de 2011, estimant que la FCC avait agi "de manière arbitraire et capricieuse en déterminant que la nudité (montrée) dans une émission à grande diffusion relève de l'indécence prohibée".

Avant de se décider, et à la demande de la FCC, la Cour suprême a attendu de trancher dans une affaire similaire concernant l'apparition de fesses nues et l'emploi de mots grossiers en direct, sans doute pour afficher une certaine cohérence.

Le 21 juin, elle a ainsi annulé les sanctions prises contre Fox News et ABC par la FCC. Lors des incidents en question, la chanteuse Cher et la riche héritière Nicole Richie avaient prononcé les mots "putain" et "merde" lors de soirées de remises de récompenses diffusées en direct sur Fox. Dans un autre, un épisode de la série "NYPD Blue" (New York Police Blues) diffusé sur ABC montrait une femme nue vue de dos entrant dans sa douche.

L'affaire du sein de Janet Jackson avait provoqué un vif émoi dans le pays: lors de la finale du championnat de football américain, suivie par 90 millions de télespectateurs, était apparu pendant quelques secondes en février 2004 le sein nu de la chanteuse.