NOUVELLES

Euro-2012/UE: la presse italienne salue un double exploit face à l'Allemagne

29/06/2012 04:10 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

La presse italienne a célébré vendredi le double exploit de l'Italie face à l'Allemagne, en demi-finale de l'Euro-2012, mais aussi au sommet de la zone euro où le président du Conseil Mario Monti, avant même que l'accord final soit annoncé, se voit crédité de sa fermeté.

"Italie 2/ Allemagne 1: Monti - Merkel, zéro à zéro", titrait le quotidien de gauche Il Fatto Quotidiano, avant que l'accord-surprise ne soit rendu public à Bruxelles à l'issue de longues tractations difficiles et d'un forcing du président du Conseil.

Les dirigeants de la zone euro ont conclu un accord au petit matin pour tenter d'aider l'Italie et l'Espagne à calmer les marchés, et injecter 120 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne.

"Scud anti-spread: Monti ne cède pas", titre le quotidien romain Il Messaggero, qui parle d'"un bras de fer avec Merkel" à Bruxelles et salue par ailleurs "l'Italie magique" sur le terrain de football à Varsovie.

Le grand quotidien milanais Corriere della Sera se félicite aussi de la "ligne dure de Monti visant à l'apaisement sur les spread", tout en saluant une "grande Italie" à l'Euro. "L'Allemagne s'est rendue à Balotelli", écrit-il non sans satisfaction.

"Ce sont nous les Allemands", affirme encore un éditorialiste du Corriere. Il observe qu'"ils (les Allemands) seront les patrons de l'Europe, mais pas du football. Dans le football, c'est nous qui sommes les Allemands", se targue-t-il.

Pour le quotidien de centre-gauche La Repubblica, Monti a joué au sommet de Bruxelles "la carte du veto" et lancé un "ultimatum".

"Ultimatum" est aussi le terme choisi par le quotidien économique Il Sole 24 Ore: "Ultimatum de Monti et Rajoy: sans le plan anti-spread, non au paquet croissance. Veto de l'Italie et de l'Espagne sur le sommet UE".

Côté sportif, le Corriere dello sport salue "une grande Italie et un Balotelli stratosphérique coulant l'Allemagne et emmenant l'Italie au paradis", en rappelant que "l'Allemagne était favorite".

"Une grande Italie en finale", titre la Gazzetta dello sport, parlant d'une "époustouflante prestation des +Azzurri+, et un splendide doublé de Balotelli."

La Repubblica qualifie le match de "chef d'oeuvre", notamment "une première mi-temps parfaite à montrer à tous ceux qui soutiennent que Balotelli ne peut pas faire l'avant-centre, ou que (le sélectionneur Cesare) Prandelli a des problèmes".

eba-jlv/chc

PLUS:afp