NOUVELLES

Euro-2012 - Italie: Cette fois, Balotelli fait l'unanimité

29/06/2012 10:10 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

Le formidable doublé de Mario Balotelli jeudi contre l'Allemagne (2-1) en demi-finale de l'Euro-2012 a mis d'accord tous ses critiques l'espace d'un match, et le baiser ému à sa mère en tribunes a aussi adouci l'image du joueur.

Ça change! Les Unes des journaux encensaient "Super Mario" vendredi matin, en Italie comme en Angleterre, où il a été champion avec Manchester City cette saison.

Il était plutôt habitué aux premières pages assassines, notamment après une exclusion contre Arsenal en avril où il avait commis deux tacles épouvantables. Sa vie sentimentale a également occupé beaucoup de place dans la presse, dans les deux pays.

Mais cette fois c'est bien le footballeur qui était encensé, et même le gentil garçon, et non plus le post-adolescent ingérable (il a 21 ans).

"C'est mon émotion la plus forte en équipe nationale, mon plus beau match jusqu'ici, raconte Balotelli. Sur le premier but, j'ai exulté parce que mes coéquipiers m'avaient demandé de le faire".

"Mon meilleur moment ç'a été quand j'ai embrassé ma mère après le match", ajoute l'enfant terrible. L'image était dans tous les journaux italiens vendredi.

"Ma mère était au stade et mon père devant la télévision, j'ai marqué deux buts devant ma mère, je voudrais en marquer quatre devant mon père à Kiev pour la finale!" plaisante-t-il.

Né de parents ghanéens à Palerme, le 12 août 1990, Mario a été adopté par la famille Balotelli. Son enfance a toujours été difficile. Selon une de ses institutrices, interviewée par le magazine français So Foot, il était "l'élève le plus perturbé que j'aie jamais eu, il avait un problème d'identité évident".

"Une étoile est née", titre l'éditorial de la Gazzetta dello Sport, qui affiche sa photo tous pectoraux dehors, le maillot dans la main gauche, le poing levé et le regard de défi.

Le quotidien britannique The Sun a titré "Simply the chest", jeu de mot décliné sur "Simply the best", ("Tout simplement le meilleur", chanson de Tina Turner) et inspiré par l'image de Balotelli les pectoraux tendus (chest signifie poitrine).

Etait-ce une pose pour répondre à une caricature de la Gazzetta dello Sport le montrant en King-Kong? "Pas besoin d'expliquer, il vous suffit de regarder", a seulement lâché le joueur à la presse après le match.

Le Sun avait plutôt jusque-là l'habitude d'écorner Balotelli pour ses frasques depuis son arrivée à City en août 2010 en provenance de l'Inter.

Ses coéquipiers et son entraîneur aussi l'ont encensé. "Il a été excellent comme toute l'équipe, a dit Cesare Prandelli, le sélectionneur. L'équipe avait un projet de jeu, il a complètement souscrit à ce jeu. Il a pris les espaces, il était toujours disponible. Il a fait un très bon match. Balotelli était très concentré, il a fait exactement ce que je lui ai demandé".

En début de tournoi, Prandelli s'était plutôt plaint de "s'époumoner" derrière le capricieux "Balo".

"Il est unique, poursuit Prandelli, c'est un attaquant moderne mais atypique, il est très fort physiquement, mais il sait travailler pour l'équipe. Et il est toujours décisif dans la surface."

"Mario a fait un grand match tactique, ajoute le milieu de terrain Claudio Marchisio, au-delà des buts, il a fait des courses, il a fait le pressing."

Avec la presse anglaise, Balotelli est revenu sur sa célébration après le second but. "Non, mes coéquipiers n'étaient pas en colère pour le carton jaune (à cause du maillot ôté), mais ils ont vu mon physique, ils étaient jaloux!" Il reste encore une touche de "MadMario" chez le nouveau Balotelli.

eba-fka/smr/nip

PLUS:afp