NOUVELLES

Etiquetage de la viande: les Etats-Unis perdent en appel devant l'OMC

29/06/2012 05:42 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont perdu en appel devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans un conflit opposant Washington au Mexique et au Canada sur l'étiquetage de la viande, selon les conclusions de l'organisation publiées vendredi.

L'organe d'appel de l'OMC a estimé que la mention du pays d'origine sur la viande aboutissait à un traitement inéquitable "car elle accorde des conditions moins favorables au bétail importé qu'au bétail" américain, confirmant l'avis émis en novembre 2011 par un panel d'experts de l'OMC.

La loi américaine exige que les distributeurs indiquent l'origine de la viande porcine et bovine sur les étiquettes. La viande en provenance des Etats-Unis doit provenir d'un animal né, élevé et abattu dans le pays.

Pour le Canada, les coûts nécessaires pour se conformer aux exigences des États-Unis quant à la mention du pays d'origine sur les étiquettes auraient été tels qu'ils auraient nui à la capacité de leurs exportateurs de bovins et de porcs de livrer une concurrence équitable sur le marché américain.

Les exportations canadiennes de boeuf et de porc se montent à quelque 4 milliards de dollars par an (3,2 milliards d'euros).

Dans un communiqué, le représentant américain au Commerce Ron Kirk a reconnu que l'OMC avait jugé ce système d'étiquettage de la viande "moins favorable au Mexique et au Canada" et qu'il devrait être modifié.

Mais les Etats-Unis se sont félicités du fait que l'OMC ait validé "le droit des Etats-Unis à adopter les critères d'étiquetage qui fournissent des informations aux consommateurs américains sur la viande qu'ils achètent" et n'ait pas trouvé que l'étiquettage demandé par les Etats-Unis soit une entrave au commerce international.

Pour sa part, l'ONG américaine Public Citizen s'est élevée contre cette décision.

"Le fait que le jugement final de l'OMC se prononce contre une mesure très populaire chez les consommateurs américains - l'indication du pays d'origine pour la viande dans les magasins d'alimentation - ne va qu'intensifier l'opposition du grand public aux grandes accords de libre échange commercial", a estimé le groupe dans un communiqué.

"Les régulateurs de la santé publique pourraient avoir plus de difficulté à tracer les bactéries alimentaires", a conclu Public Citizen.

lc-ved/sl/lor

 

PLUS:afp