NOUVELLES

Emirats: les Etats-Unis demandent la libération sous caution d'un Américain

29/06/2012 09:20 EDT | Actualisé 29/08/2012 05:12 EDT

Le chargé d'affaires américain à Abou Dhabi a appelé vendredi les autorités des Emirats arabes unis à libérer sous caution un homme d'affaires américain, Zack Shahin, détenu depuis 2008 pour des accusations de fraude et qui observe depuis le 14 mai une grève de la faim.

Dans un communiqué publié sur le site de l'ambassade des Etats-Unis, le chargé d'affaires, L. Victor Hurtado, a déclaré qu'"après plus de six semaines, il y a évidemment de sérieuses préoccupations concernant la santé de M. Shahin".

"Nous continuons à exhorter les autorités à le libérer sous caution comme cela a été décidé mais pas suivi d'effet dans le passé", a ajouté le diplomate qui, selon le communiqué, a rendu visite mardi au ressortissant américain à la prison centrale de Dubaï.

Arrêté en mars 2008, Zack Shahin avait été inculpé en avril 2009 par le parquet de Dubaï pour détournement de fonds publics et atteinte aux intérêts de l'Etat dans le cadre d'une affaire impliquant Deyaar Development, une société de développement immobilier, dont il était le directeur général. Il est également accusé d'avoir perçu "des pots de vin".

Le parquet avait alors indiqué que M. Shahin et d'autres suspects étaient soupçonnés d'avoir détourné plus de 98 millions de dirhams (27 millions de dollars).

Mais aucun jugement n'a été rendu dans l'affaire de M. Shahin.

Evoquant un "traitement apparemment inégal réservé à M. Shahin par rapport à d'autres prévenus accusés de crimes financiers aux Emirats arabes unis", le chargé d'affaires a exhorté les autorités émiraties à traiter d'"une manière rapide et transparente" cette affaire, évoquée par les Etats-Unis avec les hauts responsables émiratis, selon le communiqué.

Le prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohamed Ben Zayed Al-Nahyane, a été reçu mercredi par le président américain Barack Obama à Washington où il était en visite.

Plusieurs affaires de corruption ont éclaté aux Emirats, un riche pays pétrolier du Golfe, dans la foulée de la crise économique mondiale de 2008, qui avait donné un coup de frein au boom immobilier et économique que connaissait le pays, notamment Dubaï, le deuxième plus riche membre de la fédération des Emirats après Abou Dhabi.

tm/vv/cnp

PLUS:afp