NOUVELLES

Volvo Ocean Race - Le prochain bateau: plus petit et (peut-être) moins cher

28/06/2012 11:09 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Les organisateurs de la Volvo Ocean Race ont, après des mois de réflexion, levé le voile jeudi sur le bateau des deux prochaines éditions de la course, un monotype plus petit que le voilier actuel, théoriquement moins cher et mené par un équipage réduit.

Le choix a été annoncé par le directeur général de la course Knut Frostad lors d'une conférence de presse à Lorient (ouest), où les six VO70 (21,50 m) de l'actuelle édition font escale jusqu'à leur départ dimanche pour Galway (Irlande), terme de la Volvo Ocean Race 2011-2012.

L'information n'a guère surpris, plusieurs media spécialisés s'en étant fait l'écho ces dernières semaines.

Selon Frostad, le nouveau bateau -toujours monocoque- sera presque aussi rapide que les 70 pieds actuels tout en étant un peu plus petit (19,80 m contre 21,50).

Les éventuels équipages féminins des futurs VO65 pourront compter 11 personnes au total (dont l'équipier media), contre 9 pour leurs homologues masculins. Les VO70 sont menés par des équipages exclusivement masculins de 11 coéquipiers.

Le futur bateau a été dessiné par le cabinet américain Farr Yacht Design et sera construit par Multiplast (France), Persico (Italie), Décision (Suisse) et Green Marine (Grande-Bretagne), qui assurera l'assemblage final et la commercialisation.

La construction commencera en juillet et le premier bateau de cette nouvelle classe -"un dessin à couper le souffle", selon Frostad- sera achevé en juin 2013. Soit plus d'un an avant le départ de la 12e édition de la Volvo Ocean Race qui partira d'Alicante (Espagne) au cours du dernier semestre 2014.

Les organisateurs de la course estiment que ce dispositif permettra de réduire les obstacles à une participation, ainsi que le coût d'une campagne compétitive.

Selon Frostad, ce devrait désormais être possible pour moins de 15 millions d'euros, le prix d'un bateau "prêt à naviguer", voiles comprises, se montant à 4,5 millions d'euros. Les organisateurs assurent que, pour les équipes engagées sur deux éditions, le coût du bateau sera réduit de 50%.

Le site internet du mensuel spécialisé Voiles et Voiliers (voilesetvoiliers.com), premier à annoncer le passage à un bateau plus petit, avait souligné que les deux bateaux dessinés par Bruce Farr dans l'actuelle édition -Abu Dhabi (UAE) et Sanya (CHN)- occupent les deux dernières places au classement général.

Le site se demandait aussi pourquoi d'autres architectes -comme le talentueux Franco-argentin Juan Kouyoumdjian, qui a dessiné Groupama 4 (1er au général), Puma (2e) et Telefonica (4e)- n'avaient pas été approchés.

Joint jeudi par l'AFP, Kouyoumdjian a estimé que le passage à la monotypie était "une erreur". Le Français Guillaume Verdier, auteur de nombreux 60 pieds Imoca et membre du "design team" du catamaran AC72 néo-zélandais pour la Coupe de l'America, a pour sa part émis des doutes sur les économies qui seront réalisées.

"Ce qui coûte cher, a-t-il déclaré à l'AFP, c'est la logistique, les salaires des équipages. Cet engouement pour la monotypie est regrettable" car elle fige la recherche.

"La voile est un sport mécanique et (...) toutes les parties concernées, spectateurs compris, se passionnent pour la conception et la technologie", écrivait-il dans un mail adressé le 12 juin à Frostad ainsi qu'à plusieurs architectes navals et skippers de la "Volvo". "Il serait dommage de décourager des sponsors attirés par cette technologie".

heg/gd

PLUS:afp