NOUVELLES

USA: les républicains promettent d'abroger la loi sur la santé

28/06/2012 11:38 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Le président républicain de la Chambre des représentants John Boehner a promis jeudi de se battre pour abroger la loi sur l'assurance maladie de Barack Obama, dont la Cour suprême américaine venait d'approuver la constitutionnalité.

"Les républicains de la Chambre restent déterminés à abroger entièrement la loi sur la santé", a écrit l'élu sur son compte Twitter, ajoutant que "nous n'avons pas à accepter +Obamacare+", surnom donné par les républicains à la loi du président démocrate.

M. Boehner a réagi dans les minutes ayant suivi la décision très attendue de la plus haute juridiction du pays sur cette réforme historique promulguée en mars 2010 et qui prévoit d'étendre la couverture maladie à 32 millions d'Américains.

Dans une série de tweets, l'élu républicain a insisté sur le fait que les réformes portées par cette loi entraîneraient une augmentation des coûts de la santé et rendraient plus difficile l'embauche de nouveaux employés par les petites entreprises.

Le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a de son côté indiqué devant la chambre haute que son parti "ne perdra en aucune façon sa détermination à abroger cette horrible loi et à la remplacer par des réformes susceptibles de prendre véritablement en main les problèmes qui doivent être résolus".

M. McConnell a ajouté que la décision de la Cour suprême "ne signe pas la fin du débat. Elle marque un nouveau départ sur le chemin de l'abrogation. Cela était notre but depuis le départ. C'est notre but à présent, et nous sommes décidés à y parvenir".

La Cour suprême a validé dans sa quasi-intégralité jeudi la réforme maîtresse de Barack Obama, une décision historique qui devrait affecter l'élection présidentielle du 6 novembre au cours de laquelle le président est candidat à sa réélection et affrontera le républicain Mitt Romney.

Ce dernier avait indiqué que s'il était élu à la Maison Blanche, il abrogerait la réforme de la santé dès son premier jour d'entrée en fonctions.

jkb/sam/bar

PLUS:afp