NOUVELLES

Une députée albinos fond en larmes à l'Assemblée en défendant ses frères

28/06/2012 11:12 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Une députée tanzanienne albinos a éclaté en sanglots dans l'enceinte du Parlement jeudi, alors qu'elle défendait la cause de ses frères, persécutés et traqués pour des crimes rituels.

Al-Shaymaa Kwegyr a expliqué à l'Assemblée que lorsqu'un albinos est victime, bien peu est effectué pour trouver les coupables et les amener devant la justice.

"Quand d'autres personnes sont tuées, des enquêtes sont conduites et vite expédiées et les coupables sont conduits devant la justice (...) mais avec les albinos, cela peut prendre des années ou même des dizaines d'années", a relevé la députée.

Mme Kwegyr a noté qu'au cours des dernières années 80 albinos avaient perdu la vie dans des meurtres rituels et beaucoup d'autres avaient été violés.

"Nous vivons sans cesse dans la peur. Quel péché avons-nous commis pour être ainsi traités?", s'est-elle exclamé, en fondant en larmes.

Les albinos souffrent d'une maladie génétique caractérisée par une absence de pigmentation de la peau, des poils, des cheveux et des yeux. Ils sont victimes de discriminations dans de nombreuses régions d'Afrique.

En Tanzanie, les meurtres d'albinos sont liés à des croyances traditionnelles. Certains croient que les organes des albinos possèdent des pouvoirs magiques et surnaturels qui, mélangés à d'autres produits par des sorciers, rendent plus riches ou chanceux.

Des parties de corps d'albinos peuvent être vendues des milliers de dollars.

Selon un rapport remis en juin 2011 d'une ONG locale des droits de l'homme, la Tanzanie compte environ 270.000 personnes souffrant d'albinisme.

Mme Kwegyr est entrée au Parlement en 2008, nommée par le président, elle était la première parlementaire albinos.

En 2010, la Tanzanie a élu pour la première fois un député albinos Salum Khalfani Bar'wania qui occupe le siège de la ville de Lindi, dans le sud.

jku/hv/pjm/aub/jpc

PLUS:afp