NOUVELLES

Tour de France - Thomas Voeckler dans le flou

28/06/2012 10:47 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Thomas Voeckler, héros français du dernier Tour de France, aborde l'édition 2012 dans le plus grand flou après avoir vu sa préparation perturbée par un genou droit récalcitrant et des rumeurs sur des pratiques illicites au sein de son équipe Europcar.

Sa participation à la Grande Boucle a été officiellement confirmée par son équipe Europcar lundi dernier, jour de son retour à l'entraînement après huit jours de repos forcé.

Pouvait-il en être autrement ? Le "chouchou" du public français pouvait-il ne pas revenir sur les routes du Tour, un an après avoir fait rêver tout un pays avec le maillot jaune sur ses épaules durant dix jours et une quatrième place à l'arrivée sur les Champs-Elysées, le meilleur résultat français depuis onze ans ?

"Je suis en bonne santé", a-t-il assuré jeudi, avant de minimiser immédiatement les attentes à son égard.

"Je vais être court physiquement, je ne serai pas au niveau. Je suis au départ, c'est déjà du bonus. Il y a douze jours, je ne pouvais pas plier la jambe", rappelle le coureur qui vient de fêter ses 33 ans.

De violentes douleurs au genou l'ont contraint une première fois à l'abandon le 10 juin lors de la dernière étape du Critérium du Dauphiné. Au départ de la Route du Sud quatre jours plus tard, il a été rattrapé par ces douleurs et a dû un nouvelle fois renoncer, le 16 juin, dans la montée du col du Soulor, durant la grande étape de montagne.

Des examens médicaux ont confirmé la nature de son mal: une inflammation de la bandelette ilio-tibiale, également appelée "syndrôme de l'essuie-glace". Prescription: huit jours de repos total, synonyme de forfait pour les Championnats de France à Saint-Amand-les-Eaux (Nord) qui se sont courus le week-end dernier.

"J'ai roulé lundi, mardi, mercredi et jeudi et je n'ai pas ressenti de douleur. J'ai perdu beaucoup de condition au fil des jours de mon repos forcé, je voyais bien que les jambes diminuaient en volume musculaire", raconte le double champion de France (2004, 2010).

Après les perturbations physiques, le coureur -et toute son équipe- ont vu le doute s'abattre sur ses belles performances du Tour 2011 et celles de Pierre Rolland, 10e et meilleur jeune.

Une information de presse a fait état mercredi soir d'une enquête préliminaire ouverte le 19 juillet dernier, alors qu'il était maillot jaune, sur un possible usage de perfusions de récupération et la consommation de corticoïdes à des fins de performances. "Rien n'est avéré", a toutefois indiqué le procureur en charge de l'enquête.

"Je ne vais pas dire que ça ne m'affecte pas. Quand des choses sont colportées dans le dos, ça ne fait jamais plaisir. J'essaie de faire abstraction", affirme-t-il à propos de "ces choses qui ne sont pas justifiées, des rumeurs".

"Il y a deux options: ou on remue ciel et terre, ou ça passe au-dessus et comme ça on ne perd pas d'énergie", estime-t-il.

Avec un état de forme très incertain, sans ambition au classement général, Voeckler pourrait bien se mettre au service de son partenaire Pierre Rolland, son principal lieutenant l'an dernier dans la haute montagne.

"J'ai une mémoire, je sais que je lui dois beaucoup sur l'année dernière, affirme-t-il. Quand un coureur a de meilleures jambes, on travaille pour lui. C'est sûr, +Pierrot+ pourra compter sur moi".

sva/jm/jfm

PLUS:afp