Le député péquiste Sylvain Simard a annoncé jeudi matin qu'il quittera la vie politique à la fin de son mandat et qu'il ne se présentera donc pas aux prochaines élections générales.

Le député de Richelieu, qui a occupé plusieurs ministères au cours de sa carrière, dont ceux de l'Éducation et des Relations internationales, s'est présenté aux côtés de la chef Pauline Marois pour annoncer sa décision.

Élu pour la première fois en 1994 dans la circonscription de Richelieu, M. Simard a également été président du Conseil du trésor en 2001.

Il a assuré plusieurs fonctions ministérielles, dont les Relations internationales, l'Immigration et l'Éducation.

Un député péquiste qui ne porte pas le carré rouge

Sylvain Simard, malgré son appartenance politique, est pour une hausse des droits de scolarité et n'a pas arboré le carré rouge au cours des derniers mois.

Pauline Marois doit aussi annoncer aujourd'hui de nouvelles candidatures à Québec en vue de la prochaine élection générale.

Démissions dans Groulx

Par ailleurs, la candidature du président du bureau national du Parti québécois (PQ), l'ancien journaliste Raymond Archambault, dans la circonscription de Groulx, a créé des remous au sein du parti.

À quelques heures de l'assemblée d'investiture dans Groulx, six des 10 organisateurs électoraux de la circonscription des Basses-Laurentides ont démissionné en guise de protestation. Ils accusent M. Archambault d'avoir profité de sa position de président pour imposer sa candidature.

« Tout l'exécutif n'avait plus de confiance en [lui] parce qu'il a triché pour se présenter, donc on est tous partis, car on ne travaillera pas pour un homme qui a passé par la porte d'en arrière pour se faire élire », s'indigne un des démissionnaires, Jean-Frédéric Vaudry.

Ce dernier explique que M. Archambault aurait contourné les lois et statuts du PQ, en ne déposant son bulletin de mise en candidature qu'au secrétariat national, en court-circuitant le secrétariat de la circonscription, « pour être sûr de rentrer ».

Mario Charron, président démissionnaire de l'association péquiste de Groulx, affirme pour sa part n'avoir « aucune affinité, aucune confiance » envers Raymond Archambault.

L'ancien présentateur de nouvelles à la Première Chaîne de Radio-Canada se défend en arguant que la secrétaire de la circonscription travaillait avec son seul adversaire à l'époque, Pierre Descoteaux. « Dans ce cas-là, on ne va pas déposer un document hautement stratégique dans les mains de l'adversaire », soutient-il, précisant que cette décision relevait du bureau national du parti.

Seul adversaire de M. Archambault pour l'investiture péquiste, Pierre Descoteaux a annoncé mardi qu'il se retirait de la course. M. Descoteaux a été député libéral dans la même circonscription entre 2003 et 2007.

M. Archambault indique qu'il recomposera « très bientôt » un nouvel exécutif dans la circonscription de Groulx.

Loading Slideshow...
  • Michelle Courchesne

    Députée de Fabre, PLQ

  • Guillaume Tremblay

    Député de Masson, PQ

  • Monique Gagnon-Tremblay

    Députée de Saint-François, PLQ

  • Norm MacMillan

    Député de Papineau, PLQ

  • Yvon Vallières

    Député de Richmond, PLQ

  • Vincent Auclair

    Député de Vimont, PLQ

  • Daniel Bernard

    Député de Rouyn-Noranda, PLQ

  • Sylvain Simard

    Député de Richelieu, PQ

  • Louise Beaudoin

    Députée de Rosemont, PQ

  • Lisette Lapointe

    Députée de Crémazie, Indépendante

  • Pierre Curzi

    Député de Borduas, Indépendant