NOUVELLES

Laurent Fabius participera à Genève à la réunion sur la Syrie

28/06/2012 07:08 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, représentera la France samedi à la réunion de Genève sur la Syrie, a confirmé jeudi le porte-parole du ministère Bernard Valéro.

"Comme nous l'avons dit, cette réunion, souhaitée par M. Kofi Annan et que nous avons soutenue, doit dégager une position commune sur une solution politique crédible au drame syrien", a déclaré M. Valéro.

"Le groupe d'action devrait s'entendre sur les principes et les étapes d'une transition démocratique en Syrie ainsi que sur la priorité qui s'attache à l'arrêt de la répression et au libre accès de l'aide humanitaire à la population civile", a ajouté le diplomate.

Le médiateur international Kofi Annan a dû batailler pour surmonter les divergences entre grandes puissances pour réunir pour la première fois samedi à Genève un "groupe d'action sur la Syrie" avec pour objectifs de définir les principes et étapes d'une sortie du conflit et de la mise en place d'une transition.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Royaume uni), la Turquie, le Haut représentant de l'Union Européenne, Ban ki-moon, le secrétaire général de la Ligue Arabe et les chefs de la diplomatie du Qatar, du Koweit et de l'Irak sont invités.

La France - qui souhaite obtenir une "action ferme" du Conseil de sécurité "possiblement via une résolution sous le chapitre 7" qui permet des mesures coercitives - n'avait pas encore confirmé sa présence au plus haut niveau.

Selon des diplomates, M. Annan a proposé la mise en place en Syrie d'un gouvernement de transition qui inclurait des partisans du président Bachar Al-Assad et des membres de l'opposition afin de trouver une solution politique au conflit.

L'idée de ce gouvernement de coalition fait partie de "lignes directrices et principes pour une transition" en Syrie que M. Annan a envoyées aux ministres des Affaires étrangères qui doivent participer à la réunion de Genève.

La description faite par Annan suggère que le président syrien Bachar al-Assad pourrait en être exclu, selon un diplomate.

Hillary Clinton a qualifié ce document de "feuille de route très concrète pour une transition politique".

En revanche, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a indiqué que Moscou ne soutiendra pas une solution imposée de l'extérieur en Syrie et a appelé à ne pas préjuger du résultat du "dialogue" à instaurer entre Syriens.

kat/far/jpc

PLUS:afp