NOUVELLES

Kigali accuse Kinshasa de relancer sa collaboration avec les rebelles FDLR

28/06/2012 04:38 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

Les autorités rwandaises ont accusé jeudi la République démocratique du Congo (RDC) de relancer la coopération entre son armée et les rebelles hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) en vue de lancer des attaques contre le Rwanda.

Le Rwanda est lui-même accusé, notamment par des experts de l'Onu, de soutenir une mutinerie dans l'est de la RDC.

"Julien Paluku Kahongya, le gouverneur du Nord-Kivu (est de la RDC) a été chargé d'identifier des personnalités ayant des contacts avec les FDLR et qui pourraient permettre un lien avec le commandant en chef des FDLR pour le convaincre de reprendre la collaboration avec les FARDC (forces armées de la RDC) et planifier des attaques terroristes au Rwanda", a affirmé à l'AFP Yolande Makolo, directrice des communications du président Paul Kagame.

Selon elle, le gouverneur a été chargé de cette mission par le président Joseph Kabila à travers son conseiller pour les questions de sécurité, Pierre Numbi.

"En conséquence, deux responsables politiques des FDLR, voyageant avec des passeports belges, se trouvent actuellement à Rutchuru, dans le Nord-Kivu, pour rencontrer le commandement des FDLR sur le terrain et le convaincre de relancer la collaboration avec les forces armées congolaises", a poursuivi Mme Makolo.

Les deux responsables politiques des FDLR ont remis 100.000 dollars à un responsable militaire des FDLR, toujours selon Mme Makolo.

Dans la seconde partie des années 90, le président de l'époque de la RDC, Laurent Kabila, avait dénoncé l'alliance avec le Rwanda qui l'avait aidé à accéder au pouvoir et avait entamé une coopération entre ses forces armées et le FDLR.

Son fils Joseph Kabila s'était ensuite réconcilié avec Kigali, et les soldats des deux pays avaient lutté ensemble contre le FDLR.

Dans un rapport publié mardi, des experts des Nations unies ont affirmé disposer de "preuves accablantes" selon lesquelles le Rwanda aide un autre mouvement rebelle congolais, le Mouvement du 23 mars (M23), luttant dans l'est de la RDC contre les forces de Kinshasa, des affirmations rejetées par Kigali.

Les FDLR, composées notamment de Hutu soupçonnés de participation au génocide contre les Tutsi au Rwanda en 1994, sont régulièrement accusés de commettre en RDC des pillages, atrocités, viols et assassinats, contre les civils notamment.

er/bb/jpc

PLUS:afp