L'Italie défiera l'Espagne, tenante du titre, en finale de l'Euro-2012 après avoir battu l'Allemagne 2 à 1 (mi-temps: 2-0) jeudi à Varsovie, grâce à un doublé de Mario Balotelli aux 20e et 36e minutes dans une demi-finale qu'elle a parfaitement maîtrisée.

Dimanche à Kiev, les Italiens tenteront de remporter leur deuxième Euro (après 1968) contre des Espagnols, champions du monde et champions d'Europe en titre qui ont éliminé mercredi le Portugal (0-0; 4-2 t.a.b.), et contre lesquels ils n'ont jamais perdu en compétition officielle (3 victoires, 4 nuls).

Dernière confrontation en date, leur match de la poule C du 10 juin à Gdansk qui avait abouti à un match nul 1-1. Les Espagnols, en quête d'un triplé inédit Euro-Mondial-Euro, peuvent néanmoins garder espoir: ils avaient éliminé les Azzurri, il y a quatre ans, en quart de finale de l'Euro-2008 aux tirs au but (4-2, 0-0 a.p.) avant d'être sacrés.

Auteur d'un Euro irrégulier jusque-là, Balotelli (3 buts au compteur au total dans le tournoi) a réalisé une performance à la hauteur du talent qu'on lui prête.

D'abord en reprenant victorieusement de la tête, devant un Badstuber aux abois, un centre de Cassano qui s'était joué de Boateng et Hummels (20e). Puis en échappant à Hummels et Lahm sur une ouverture de Montolivo, pour expédier des 18 mètres une frappe puissante qui a nettoyé la lucarne de Neuer (36e).

Toujours volontaire, parfois dangereuse (sauvetage de Pirlo sur une reprise de Hummels, 5e), un brin malchanceuse (coup franc sur la transversale de Ozil, 62e), la Mannschaft a finalement cédé devant plus fort qu'elle, même si en fin de match Ozil a réduit l'écart sur un penalty (90+2).

L'Allemagne n'est toujours pas parvenue à briser la malédiction face aux Azzurri, désormais invaincus en huit confrontations (4 victoires, 4 nuls) à enjeu.