NOUVELLES

Euro-2012 - Parole du jour: "Cela enverrait au pays quelques signes"

28/06/2012 02:04 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Le sélectionneur de l'Espagne Vicente Del Bosque a estimé jeudi qu'un triplé Euro-Mondial-Euro, ferait du bien à l'Espagne soumis à une très sévère rigueur budgétaire: "Cela enverrait au pays quelques signes que l'on va dans le bon sens".

"Si seulement nous pouvions le faire (le triplé, ndlr)... Je crois que ce serait bénéfique non seulement au football, mais au pays en général. Cela enverrait au pays quelques signes que l'on va dans le bon sens", a déclaré Del Bosque en conférence de presse, au lendemain de la qualification de l'Espagne pour la finale de l'Euro après avoir éliminé le Portugal aux tirs au but (0-0 a.p, 4 t.a.b à 2).

"Si ce succès pouvait se transmettre à la société, ce serait merveilleux", a ajouté le sélectionneur qui s'exprimait le jour même du vote par les députés espagnols, d'une rigueur historique, qui prévoit plus de 27 milliards d'euros d'économies dans le but de réduire le déficit public du pays à 5,3% du PIB.

A l'opposé des performances de sa sélection nationale qui visera dimanche à Kiev, un triplé historique Euro-Mondial-Euro, l'Espagne entrée en récession au premier trimestre 2012, est prise dans la tempête de la crise de la dette et peine à se financer aux taux actuels que lui imposent les marchés, inquiets de la situation de ses banques et de ses comptes publics.

Selon Del Bosque qui reprend une antienne déjà déclamée par les joueurs grecs ou italiens dont les pays souffrent aussi de la crise, un succès à l'Euro serait donc comme une éclaircie dans un quotidien assombri par l'austérité.

Le sélectionneur espagnol n'a toutefois pas toujours tenu le même discours. "Gagner l'Euro ne résoudra pas les problèmes de l'Espagne", avait-t-il lâché lors d'une visite du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, héraut de l'austérité dans son pays.

grd/

PLUS:afp