NOUVELLES

Euro-2012 - De Rui Patricio à Balotelli, l'équipe-type des demi-finales

28/06/2012 04:58 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Cinq Italiens, trois Portugais, deux Espagnols et un Allemand: c'est l'équipe-type des demi-finales de l'Euro, complétée par la révélation Jordi Alba. Cristiano Ronaldo en est lui le grand perdant.

Le 11 type

. Gardien: Rui Patricio

De loin le moins connu et le moins coté des quatre gardiens présents en demi-finales, il a montré malgré la défaite qu'il avait sa place à leurs côtés. En prolongation, il sort un arrêt magnifique face à Iniesta avant de repousser le tir au but de Xabi Alonso.

. Arrière droit: Federico Balzaretti

Il a provoqué le penalty qui a fait trembler l'Italie, mais lui, le pur gaucher, s'est bien sorti de son intérim à droite, Abate étant blessé et Maggio suspendu. Il a muselé Podolski, mais a eu plus de mal avec Reus.

. Arrière gauche: Fabio Coentrao

Rapide et souvent inspiré, il aura été bien meilleur à l'Euro que cette saison au Real Madrid. En demi-finale face à l'Espagne, il a démarré très fort et plein d'initiatives offensives avant de finir plus péniblement.

. Charnière centrale: Sergio Ramos - Andrea Barzagli

Le défenseur du Real Madrid est indiscutable. Il réussit un Euro de premier plan et son match face au Portugal a été impeccable de bout en bout, couronné par une panenka aux tirs au but.

Barzagli est un défenseur plus sobre, discret, mais l'Italie n'a pris qu'un but sur penalty lors des 320 dernières minutes et il y est pour beaucoup. Champion du monde en 2006, champion d'Italie cette saison avec la Juventus, il pourrait finir avec un très beau palmarès.

. Milieux défensifs: Xabi Alonso - Andrea Pirlo - Sami Khedira

Moins impressionnant que contre la France (il avait inscrit un doublé), le joueur du Real Madrid reste indispensable par la qualité de son jeu long, qui offre une alternative aux passes courtes de la Roja.

Cet Euro est celui de Pirlo. C'est lui qui en dicte le tempo, entre râteaux, dribbles de dégagement que l'on croit voir au ralenti et vista jamais démentie dans le jeu de passes. Ballon d'Or si l'Italie est championne ?

Khedira méritait mieux. Il harcèle, récupère, remonte le ballon et se retrouve dans la surface plus souvent que Benzema. Remarquable.

. Milieux offensifs: Joao Moutinho

Avec sa bonne vision du jeu, son activité et son goût pour la bagarre, Moutinho aura été l'un des milieux les plus complets du tournoi. Contre l'Espagne, il a encore été l'un des meilleurs Portugais, perturbant terriblement le milieu adverse.

. Attaquants: Antonio Cassano et Mario Balotelli

Le duo d'attaquants italiens a coulé l'Allemagne presque à lui seul. Balotelli a marqué le premier but, mais c'est Cassano qui l'a inventé en se jouant de Boateng et Hummels. Le deuxième est signé "Super Mario", d'une frappe terrifiante. Sa célébration torse nu entretient la légende: Balotelli est mieux qu'une rock-star.

. La révélation: Jordi Alba

Il a été impressionnant et on comprend pourquoi le Barça l'a recruté. Solide défensivement, il a surtout constamment porté le danger dans le camp portugais, finissant la prolongation comme un avion.

. La déception: Cristiano Ronaldo

Forcément. On attendait beaucoup de lui et il attendait sans doute encore plus de ce match. Mais s'il a été le Portugais le plus dangereux, il n'a pas été suffisamment précis, ne parvenant jamais à cadrer, et n'a même pas pu frapper son tir au but. Son rêve de Ballon d'Or s'est un peu éloigné.

stt/grd

PLUS:afp