NOUVELLES

Des avocats manifestent à Khartoum en faveur de la liberté d'expression

28/06/2012 10:44 EDT | Actualisé 28/08/2012 05:12 EDT

Plus d'une centaine d'avocats soudanais vêtus de leurs robes noires ont manifesté jeudi à Khartoum et dans une ville voisine pour défendre la liberté d'expression, selon un journaliste de l'AFP, au 13e jour d'un mouvement de contestation sans précédent.

"Manifester est un droit constitutionnel", pouvait-on lire sur l'une des banderoles des avocats alors qu'une autre proclamait: "La liberté d'expression est un droit".

Quatre-vingt avocats ont manifesté en silence à Khartoum devant un tribunal, alors que 40 autres ont tenu un rassemblement similaire à Omdurman, la ville jumelle de Khartoum.

Ils brandissaient également des panneaux condamnant la hausse des prix des produits alimentaires.

Des associations de défense des droits de l'Homme affirment qu'un grand nombre de manifestants ont été interpellés depuis le début du mouvement de contestation le 16 juin devant l'Université de Khartoum, qui s'est rapidement étendu à d'autres endroits de la capitale et du pays.

"Le Soudan doit mettre un terme à sa répression des manifestations pacifiques, libérer les personnes arrêtées et autoriser les journalistes à couvrir librement les événements", a affirmé l'organisation Human Rights Watch.

"Alors que la plupart des personnes interpellées ont été libérées après quelques heures ou quelques jours, des groupes soudanais suivant la situation estiment que plus d'une centaine sont toujours en détention", a souligné l'ONG.

Le président soudanais Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 23 ans, avait minimisé dimanche soir le mouvement de protestation, assurant que la multitude de petites manifestations ne constituait pas une nouvelle étape du Printemps arabe.

str-it/al/vl/sw

PLUS:afp