NOUVELLES

Un ministre yéménite admet l'intervention de drones américains contre Al-Qaïda

27/06/2012 11:50 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

Le ministre yéménite des Affaires étrangères a admis mercredi que Sanaa avait demandé l'intervention de drones américains dans "certains cas" contre des dirigeants d'Al-Qaïda dans son pays.

"A la demande du Yémen, des drones ont été utilisés dans certains cas contre des dirigeants d'Al-Qaïda en fuite", a déclaré à l'AFP Abou Bakr al-Kourbi à Dubaï où il participait à la deuxième conférence internationale sur la piraterie maritime.

Il s'agit de la première confirmation par Sanaa d'un recours à des drones américains au Yémen.

L'armée yéménite, soutenue par des drones américains, a réussi récemment à reprendre plusieurs agglomérations dans la province d'Abyane (sud) contrôlées pendant un an par Al-Qaïda.

En mai, le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta avait expliqué que les drones constituaient "l'arme la plus précise" des Etats-Unis dans la lutte contre le réseau extrémiste.

M. Kourbi a indiqué que les jihadistes, en majorité somaliens, s'infiltraient au Yémen parmi les milliers de réfugiés fuyant la Corne de l'Afrique, disant "craindre l'infiltration d'extrémistes et de terroristes au Yémen" en provenance de Somalie.

"Il est très difficile pour nous de faire la différence entre un déplacé pour des raisons humanitaires et un terroriste".

Le ministre a indiqué par ailleurs qu'"il n'est pas exclu" que des jihadistes aient fui vers Oman.

Le secrétaire général du ministère omanais des Affaires étrangères, Saïd Badr ben Hamad al-Bousaïdi, cité par la presse locale, avait indiqué que son pays prenait au sérieux des informations sur de possibles infiltrations d'éléments d'Al-Qaïda venant de l'est du Yémen.

Pour sa part, le président somalien, Sharif Cheikh Ahmed, qui s'est adressé à la conférence de Dubaï, a appelé la communauté internationale à apporter à son gouvernement une aide financière et militaire pour combattre la piraterie maritime.

La piraterie maritime a "coûté à la communauté internationale jusqu'à 6,9 milliards de dollars en 2011", a averti le président de l'opérateur DP World, Sultan Ahmed ben Soulayem, devant les participants.

Malgré une diminution des attaques contre des navires marchands au large de la Somalie, "les pirates maintiennent (encore) plus de 200 marins en captivité, dans des conditions souvent épouvantables," a-t-il dit.

lyn/tm/feb

PLUS:afp