NOUVELLES

Syrie: Paris veut un accord international sur une transition démocratique

27/06/2012 07:26 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

Une éventuelle réunion samedi à Genève d'un "groupe d'action" international sur la Syrie doit permettre d'aboutir à "une position commune" sur les "principes et étapes d'une transition démocratique", a indiqué mercredi le ministère français des Affaires étrangères.

"De façon concrète, le groupe d'action devrait s'entendre sur les principes et les étapes d'une transition démocratique en Syrie ainsi que sur la priorité qui s'attache à l'arrêt de la répression et au libre accès de l'aide humanitaire à la population civile", a souligné lors d'un point-presse le porte-parole du ministère, Bernard Valero.

"Si cette réunion à Genève samedi prochain est confirmée, c'est le message que portera la France, comme elle le fera le 6 juillet lors de la Conférence du groupe des Amis du peuple syrien à Paris", a-t-il ajouté. Interrogé, Bernard Valero n'a pas répondu sur la présence du chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, à Genève.

Le "groupe d'action" est une nouvelle dénomination pour l'instance souhaitée par Kofi Annan pour sortir de l'impasse en Syrie. Jusqu'à présent, cette dernière était plutôt appelée groupe de contact.

A la différence du groupe des Amis du peuple syrien ou de la Syrie, qui compte plus d'une centaine de membres, pays et organisations, le groupe d'action se veut réduit notamment aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne) et à des pays de la région comme l'Arabie Saoudite ou la Turquie.

Russes et Chinois n'ont jamais participé aux réunions du groupe des Amis de la Syrie qui agit principalement comme soutien de l'opposition syrienne disparate.

Moscou, qui souhaite une participation de l'Iran, a déjà fait part de son accord pour participer samedi à Genève à une réunion du Groupe d'action. Les Etats-Unis et la France se sont montrés réservés jusqu'à présent, réclamant un objectif clair et endossé par l'ensemble des participants pour cette rencontre.

Jusqu'à présent, l'ONU n'a pas confirmé la tenue de cette réunion.

prh/kat/aub

PLUS:afp