NOUVELLES

Procès pour six hommes accusés d'avoir fait entrer 492 clandestins au Canada

27/06/2012 06:00 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

Six Sri-Lankais vont être jugés pour avoir fait entrer au Canada 492 immigrés clandestins en août 2010 sur la côte ouest du pays à bord d'un cargo thaïlandais, le Sun Sea, a indiqué mercredi le ministère canadien de la Justice.

Dans un communiqué, "le Service des poursuites pénales du Canada", qui relève du ministère, a annoncé "le dépôt d'une mise en accusation directe devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique contre six personnes accusées de migration clandestine".

Les Sri-Lankais sont "accusés d'avoir sciemment organisé l'entrée au Canada d'une ou plusieurs personnes dépourvues de documents --passeport, visa ou autre-- requis par la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés ou d'avoir incité, aidé ou encouragé une telle personne à entrer au Canada" en vertu de cette même loi.

Ils risquent une amende allant jusqu'à un million de dollars et la prison à vie.

Les accusés sont Sathyapavan Aseervatham, 43 ans, Kunarobinson Christhurajah, 32 ans, Lesly Jana Emmanuel, 37 ans, Thayakaran Markandu, 40 ans, Thampeernayagam Rajaratnam, 55 ans, et Nadarajah Mahendran, 56 ans, précise le communiqué.

Les deux derniers auraient aussi la citoyenneté canadienne, selon des médias nationaux.

Quatre des six suspects sont actuellement détenus. Un cinquième, Thayakaran Markandu, a été arrêté en France en avril et le Canada a demandé son extradition. Un autre, Sathyapavan Aseervatham, serait au Sri Lanka, a indiqué le quotidien National Post sur son site internet.

M. Christhurajah aurait acheté le cargo délabré sur lequel les immigrés clandestins ont fait le trajet depuis la Thaïlande, ont aussi rapporté des médias canadiens.

"En choisissant de procéder par mise en accusation directe, la Couronne (le ministère public, ndlr) renvoie cette affaire directement pour procès, sans la tenue préalable d'une enquête préliminaire", a indiqué le Service des poursuites pénales. Aucune date pour le procès n'a été avancée.

jl/sam

PLUS:afp