NOUVELLES

Premières compensations aux victimes bahreïnies des manifestations

27/06/2012 01:47 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Les autorités de Bahreïn ont décidé de compenser à hauteur de 2,6 millions de dollars les familles de 17 personnes mortes durant les manifestations du printemps 2011, selon un communiqué officiel.

Il s'agit, selon ce texte daté de mardi, des premières compensations du genre qui ont été décidées sur recommandation de la Commission d'enquête indépendante chargée de faire la lumière sur la répression à la mi-mars 2011 de manifestations de chiites.

Chaque famille recevra environ 153.000 dollars, selon ce communiqué.

La commission d'enquête avait conclu à un usage excessif de la force de la part de la police pendant la répression des manifestants, chiites en majorité, qui demandaient, dans le sillage du Printemps arabe, des réformes dans cette monarchie dirigée par des sunnites.

Citant le juge Khaled Hassan Ajaji, responsable au ministère de la Justice, le communiqué indique que les autorités continuent de recevoir des demandes de compensations des familles des victimes.

Dans un autre communiqué, les autorités de Bahreïn ont indiqué que la justice avait décidé de juger trois policiers, dont un lieutenant, pour meurtre au lieu d'homicide involontaire.

Ces policiers sont jugés dans trois affaires différentes. Ils risquent désormais la peine de mort alors que la peine maximale pour homicide involontaire est de sept ans de prison, ont précisé les autorités.

Selon Amnesty International, une soixantaine de personnes ont été tuées depuis le début des manifestations à la mi-février 2011 et les blessés se comptent par dizaines.

Les chiites, encadrés par le Wefaq, le principal mouvement de l'opposition, continuent de manifester épisodiquement pour demander une véritable monarchie constitutionnelle dans le petit royaume où ils sont majoritaires.

bur/mh/vl

PLUS:afp