NOUVELLES

Le pétrole en hausse à New York, tiré par les attentes de baisse des stocks

27/06/2012 09:33 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole tentaient de rebondir mercredi à New York, à l'approche d'un sommet européen perçu comme crucial pour apaiser la crise de la dette en zone euro, les courtiers anticipant par ailleurs une baisse des réserves de brut aux Etats-Unis.

Vers 13H25 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août, grignotait 60 cents à 79,96 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), se rapprochant du seuil psychologique de 80 dollars sous lequel il s'était incliné la semaine précédente pour la première fois en huit mois.

"Le ton est généralement plus positif sur l'ensemble des marchés avant l'ouverture du sommet de l'Union européenne" jeudi à Bruxelles, a noté Matt Smith, stratège chez Summit Energy.

Par ailleurs, le rebond des commandes de biens durables en mai, qui ont progressé de 1,1% par rapport au mois précédent, après avoir reculé pendant deux mois, renforçaient l'optimisme des courtiers à l'égard de la reprise économique américaine, notaient les analystes.

Du côté de l'offre, les analystes anticipaient que les chiffres hebdomadaires des réserves d'or noir américain du département américain de l'Energie (DoE) "montrent une baisse des stocks de brut et une hausse des réserves d'essence et des produits distillés" du premier consommateur de brut mondial, selon les experts de Commerzbank.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'un recul de 500.000 barils des stocks de brut lors de la semaine achevée le 22 juin.

Après un bond inattendu de près de 3 millions de barils la semaine précédente, ces stocks avaient atteint leur plus haut niveau depuis l'été 1990, alimentant les craintes sur la solidité de la consommation énergétique du pays.

Les stocks d'essence, très surveillés à l'orée de la période estivale des grands déplacements en voiture, sont attendus en hausse de 800.000 barils et les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) en augmentation de 900.000 barils.

ppa/sl/mdm

PLUS:afp