NOUVELLES

CORRIGÉ: Gabon: 5 tonnes d'ivoire de 850 éléphants brûlées par les autorités

27/06/2012 10:05 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

Cinq tonnes d'ivoire, des défenses brutes et des pièces sculptées, d'une valeur de 10 millions d'euros, ont été brûlées par les autorités mercredi en présence du président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui entend ainsi montrer la volonté de son pays de lutter contre le braconnage.

M. Bongo a mis le feu à un bûcher contenant "4.825 kilogrammes d'ivoire, dont 1.293 pièces brutes majoritairement composées de défenses et 17.730 sculptures en ivoire. Pour obtenir ces quantités, près de 850 éléphants ont été tués", précise un communiqué du World Wildlife Fund qui participait à l'opération.

La "valeur" du bûcher a été estimée à 5 milliards de F CFA (7,5 millions d'euros) à raison de 2.000 à 2.500 dollars le kilogramme sur le marché noir asiatique, par l'Agence nationale des Parcs nationaux (ANPN).

Si des pièces ont une dizaine d'années, l'ivoire saisie l'a surtout été ces cinq dernières années, période pendant laquelle on a assisté à une augmentation du braconnage et du trafic d'ivoire, a souligné Lee White, directeur de l'ANPN.

"Nous ne voulons pas laisser à nos enfants une forêt déserte. C'est pour cela que nous ne pouvons pas accepter que ce trafic continue. Nous aurons une tolérance zéro par rapport aux trafiquants et braconniers", a affirmé Ali Bongo. Il a promis une répression sans faille des délinquants et des peines de prison plus lourdes.

Le président gabonais a poursuivi en estimant que cette opération était un "signal fort" pour la communauté internationale, à laquelle il a demandé de "faire pression sur les pays qui continuent le commerce".

"A partir du moment où il n'y a pas de demande, l'offre disparaîtra", a souligné M. Bongo. "C'est important que nous fassions tous pression sur ces pays-là pour qu'ils comprennent que ce qui est en train de se passer est dangereux pour nous, pays d'origines", a-t-il ajouté.

pgf/hba

PLUS:afp