NOUVELLES

CORRIGÉ: F1/Corruption: 10 ans et demi requis contre un banquier, Ecclestone cité

27/06/2012 07:32 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

Le parquet de Munich (Allemagne) a requis mercredi 10 ans et demi de prison ferme à l'encontre d'un ancien banquier allemand accusé d'avoir touché d'énormes pots-de-vin du grand argentier de la F1, Bernie Ecclestone, en 2006 et 2007.

Gerhard Gribkowsky, ancien directeur des risques de la banque régionale de Bavière BayernLB, qui était chargé de la vente des droits de la F1, s'est rendu coupable de corruption, d'abus de confiance envers sa banque et d'évasion fiscale, a estimé le procureur Christoph Rodler.

Après huit mois de procès, M. Gribkowsky était sorti de son silence la semaine dernière et avait reconnu avoir touché 44 millions de dollars de pots-de-vin de la part de Bernie Ecclestone, pour avoir arrangé la vente des droits au fonds d'investissement britannique CVC, qui soutenait à l'époque le maitien du Britannique à la tête de la F1.

Les juges avaient auparavant assuré à M. Gribkowsky que la peine maximum qu'il encourait serait ramenée à neuf ans de prison ferme s'il passait aux aveux. Le jugement pourrait être annoncé dès mercredi, selon le parquet et les avocats.

Le procès de M. Gribkowsky risque d'avoir de lourdes conséquences pour Bernie Ecclestone, qui, à 81 ans, règne toujours en maître sur la F1.

Car selon le procureur, le Britannique n'a pas été victime d'un chantage du banquier allemand comme il l'avait prétendu en novembre devant le tribunal, où il avait comparu en tant que simple témoin.

Bien au contraire, il a été "partie prenante d'un acte de corruption", selon le procureur.

Si Bernie Ecclestone était poursuivi à son tour, l'affaire pourrait aussi déteindre sur toute la F1 et compromettre son projet d'introduction à la Bourse de Singapour cette année, spéculent déjà les médias allemands.

Des écuries pourraient en outre se retirer de la discipline reine du sport automobile, comme Mercedes (groupe Daimler), en raison de règles de bonne conduite du groupe qui l'obligent à éviter de participer à des activités entachées de corruption, affirme mercredi le Handelsblatt, principal quotidien économique allemand.

Le constructeur, interrogé par l'AFP, n'a pas souhaité commenter.

ran-etb/oaa/gv

PLUS:afp