NOUVELLES

Clandestins morts asphyxiés en Tanzanie: le bilan passe à 43 morts (police)

27/06/2012 09:38 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

43 clandestins éthiopiens sont morts asphyxiés dans un camion en Tanzanie qui était censé les emmener vers le Malawi, selon un nouveau bilan annoncé mercredi par la police tanzanienne, qui parle aussi désormais de 82 survivants.

Un précédent bilan, donné mardi soir par le vice-ministre de l'Intérieur Pereira Siliman, faisait état de 42 morts et 74 survivants.

Selon un communiqué de la police tanzanienne, les clandestins, des Ethiopiens, avaient débuté le voyage il y a cinq mois dans leur pays et avaient déjà traversé le Kenya avant d'entrer en Tanzanie. Il se dirigeaient vers le Malawi, encore plus au sud.

Selon la police, plusieurs sont morts en route et le chauffeur a fini par s'arrêter en entendant les autres crier. Le chauffeur, en fuite, aurait alors abandonné tout le monde dans la brousse dans la nuit de lundi à mardi, après avoir conseillé aux survivants de débarrasser le camion des morts pour avoir plus de place.

"Des Tanzaniens de villages alentours (...) ont vu les corps gisant le long de la route (...) et ont plus tard remarqué un certain nombre de gens marchant en pleine brousse à la recherche" d'un village, a raconté dans un communiqué Zelothe Stephen, chef de la police de la région de Dodoma, où les clandestins ont été retrouvés mardi.

Dodoma se trouve à quelque 400 km à l'ouest de Dar es-Salaam, capitale économique de la Tanzanie.

Les cadavres, dont certains étaient déjà en état de décomposition, ont été emmenés à l'hôpital régional de Morogoro. Les survivants sont eux retenus par la police à Dodoma.

"Une chasse à l'homme est en cours pour retrouver le chauffeur du camion qui a abandonné les immigrés éthiopiens sur le bord de la route," a affirmé Luppy Kung'alo, porte-parole de la police de Dodoma.

Fin décembre 2011, 20 clandestins somaliens avaient déjà été retrouvés morts en Tanzanie. Les victimes, déjà probablement mortes d'asphyxie, avaient à l'époque déjà été abandonnées dans la brousse, avait indiqué la police.

Le porte-parole des Affaires étrangères tanzaniennes avait alors expliqué que de plus en plus d'Ethiopiens et de Somaliens traversaient la Tanzanie pour se rendre en Afrique du Sud ou en Europe.

Ce mois-ci, au moins 47 personnes sont mortes sur le Lac Malawi, faisant partie d'un groupe d'immigrants éthiopiens soupçonnés de vouloir gagner clandestinement ce pays d'Afrique australe, et dont l'embarcation surchargée s'était renversée, à proximité de la frontière avec la Tanzanie.

jku-dw-aud/bb/hba

PLUS:afp