NOUVELLES

Bertagnolli accusé de dopage à partir de son passeport biologique

27/06/2012 10:23 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT

L'Italien Leonardo Bertagnolli est accusé de dopage à partir des éléments de son passeport biologique, a annoncé mercredi l'Union cycliste internationale (UCI).

Bertagnolli est le premier coureur pour lequel l'UCI demande l'ouverture d'une procédure disciplinaire à cause de son passeport biologique depuis mai 2010.

L'Italien Franco Pellizotti, le Slovène Tadej Valjavec et l'Espagnol Jesus Rosendo étaient les trois précédents coureurs pris pour la même raison.

Trois coureurs espagnols (Astarloa, Lobato, R. Serrano) et deux italiens (Caucchioli, De Bonis) avaient ouvert ce palmarès à la mi-juin 2009.

Bertagnolli est donc le neuvième coureur dans ce cas depuis la mi-juin 2009. Mais plusieurs autres ont été ciblés à partir de leur passeport puis coincés par des contrôles antidopage classiques.

Le principe du passeport biologique, mis en place au début de la saison 2008, consiste à détecter le dopage à partir de ses effets sur l'organisme (variations anormales dans le profil hématologique), contrairement à un test classique qui cherche des traces de produit interdit dans le sang ou les urines.

Suivant le règlement, il revient maintenant à l'instance nationale du coureur en cause de le sanctionner.

Agé de 34 ans, Bertagnolli court pour l'équipe Lampre depuis 2011, sans résultats majeurs.

Par le passé, l'Italien, qui est passé professionnel en 2002, a notamment gagné la Clasica San Sebastian (2007), une étape du Giro et une autre de la Vuelta.

Bertagnolli n'était pas prévu dans l'équipe Lampre pour le Tour de France qui débute samedi de Liège (Belgique).

Sa formation a précisé dans un communiqué "prendre acte de cette information" en faisant part de sa "surprise".

Lampre a souligné que les anomalies qui servent de support à la décision des experts de l'UCI "remontent à la période 2008-2009", lorsque le coureur était dans une autre équipe.

"Aucune anomalie n'a été détectée dans tous les examens sanguins réalisés en 2011 et 2012", a assuré le Dr Carlo Guardascione, médecin du groupe italien.

jm-sva/jmt

PLUS:afp