NOUVELLES

La division Aveos pourrait être vendue en pièces détachées, parce qu'elle n'est pas assez concurrentielle

27/06/2012 04:22 EDT | Actualisé 27/08/2012 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Incapable d'attirer un acheteur pour sa division de maintenance d'avions, la société insolvable Aveos Performance Aéronautique demande à un tribunal québécois l'autorisation d'en vendre les actifs à cinq entreprises pour une somme de 10,8 millions $, affirme le syndic de faillite supervisant le démantèlement de la compagnie.

Les acheteurs comprennent trois entreprises canadiennes, deux américaines et un liquidateur.

Les prix déboursés par ces sociétés n'ont pas été dévoilés dans l'éventualité où Aveos devrait retourner sur le marché si les transactions n'étaient pas conclues.

Aucun simple acheteur n'a été trouvé pour redémarrer les activités de maintenance d'avions parce que son modèle d'affaires au Canada «a un rôle limité dans un contexte mondial» et n'est pas concurrentiel sur la scène mondiale, a indiqué le rapport du syndic.

Les acheteurs comprennent Avianor, établie à Mirabel, Avmax Aviation Servies de Calgary et Discovery Air Services techniques, une filiale de Discovery Air (TSX:DA.A), de Yellowknife.

La société new-yorkaise Premier Aviation Overhaul Center, qui a des activités à Trois-Rivières, et la société de l'Illinois Aircraft Services, mettront aussi la main sur des parties de l'entreprise.

Le liquidateur Maynards Industries rachètera plusieurs pièces d'équipement qu'il entend vendre en septembre avant qu'Aveos ne quitte les hangars d'Air Canada, à Montréal, Winnipeg et Vancouver.

Les activités de maintenance d'avions d'Aveos employaient environ 1500 des 2600 travailleurs de l'entreprise avant la fermeture de ses portes, en mars, et l'obtention de la protection de la cour contre ses créanciers en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.