NOUVELLES

Zimbabwe: des diplomates visitent des mines de diamants controversées

26/06/2012 03:45 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Des diplomates occidentaux ont pu visiter mardi des mines de diamants dans l'est du Zimbabwe, où des mineurs sont victimes de violences des forces de sécurité selon des ONGs.

La délégation, dirigée par le représentant de l'Union européenne (UE) au Zimbabwe, Aldo Dell'Ariccia, a pu se rendre dans deux sites miniers habituellement sous haute surveillance des forces de sécurité, et propriétés du groupe chinois Anjin et du groupe zimbabwéen Marange Resources, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les diplomates étaient accompagnés d'officiels et des responsables de la mine, et se sont faits expliquer le processus d'extraction des gemmes.

Les pierres extraites des très riches gisements de Marange sont désormais admises dans le circuit international officiel, après avoir reçu le feu vert en novembre du Processus de Kimberley, le régulateur mondial chargé de lutter contre la commercialisation des "diamants du sang".

Ces mines situées dans l'est du pays avaient été envahies en 2008 par l'armée zimbabwéenne qui en a expulsé les milliers de prospecteurs, avant de forcer des civils à les remplacer. Près de 200 personnes ont été tuées et d'autres battues ou violées, selon des groupes de défense des droits de l'homme, qui estiment que les exactions n'ont pas cessé depuis.

Le Zimbabwe, ruiné dans les années 2000, compte maintenant sur le produit de leur vente pour financer son redressement. L'Etat prévoit que les diamants lui rapporteront 600 millions de dollars cette année, 17% de son budget. Mais la valeur des gemmes échappant au contrôle officiel se monteraient en milliards de dollars.

A l'occasion de cette visite, Munyaradzi Machacha, directeur du site d'Anjin, a contesté les prévisions de recettes du gouvernement.

Les ambassadeurs (Australie, Allemagne, Belgique, Canada, France, Espagne, République tchèque) devaient continuer mercredi leur tournée par la visite d'un campement où des villageois expulsés de la vaste région diamantifère de Marange, à quelque 330 km au sud-est de Harare, ont été relogés.

str-rm/fj/sn/hba/jpc

PLUS:afp