NOUVELLES

Une fondation américaine annule une rencontre avec le grand mufti de Syrie

26/06/2012 07:53 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Une organisation américaine qui promeut la la paix au Proche-Orient a indiqué mardi avoir annulé une rencontre prévue aux Etats-Unis avec le grand mufti de Syrie, cheikh Ahmad Badreddine Hassoun, après avoir découvert ses menaces d'attentats suicide contre des pays occidentaux.

La Fondation pour la paix au Proche-Orient (FMEP) a expliqué qu'elle n'avait dans un premier temps pas bien vérifié le passé du grand mufti, plus haute autorité religieuse de l'islam en Syrie, et qu'elle l'avait invité cette semaine à Washington où se trouve son siège.

"Evidemment, depuis que nous avons fait le lien entre lui et une activité terroriste d'attentats suicide, nous ne voulons plus de lui et avons annulé les événements" liés à sa venue, a expliqué à l'AFP Phil Wilcox, président de la fondation.

Le grand mufti de Syrie est considéré comme étant un proche du président Bachar al-Assad, dont le pays est confronté depuis 15 mois à des violences entre le régime et les forces d'opposition.

Cheikh Ahmad Badreddine Hassoun avait menacé en octobre dernier l'Europe, les Etats-Unis et Israël d'attentats suicide si la Syrie était attaquée.

"Dès le premier obus tiré, les fils de la Syrie et du Liban deviendront des combattants qui mèneront des attentats suicide sur la terre d'Europe et de Palestine", avait-il déclaré dans un discours dont un enregistrement vidéo avait été rendu disponible sur YouTube.

Une semaine auparavant, son fils Saria Hassoun avait été tué "par les tirs d'un groupe terroriste armé" sur la voiture dans laquelle il circulait, selon l'agence officielle Sana.

sct/sf/lor

PLUS:afp