NOUVELLES

Un des cinq agents cubains condamnés aux Etats-Unis demande à revenir à Cuba

26/06/2012 05:17 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

René Gonzalez, le premier des cinq agents cubains emprisonnés depuis 1998 aux Etats-Unis à jouir de la liberté conditionnelle, a demandé à la justice américaine à pouvoir retourner vivre à Cuba, indique sa requête devant la justice dont l'AFP a obtenu une copie mardi.

"L'accusé sollicite de manière respectueuse à la cour qu'elle accède à sa requête et modifie les conditions de sa liberté conditionnelle", indique le document remis à un tribunal du district sud de Floride par l'avocat de l'accusé, Philip Horowitz.

René Gonzalez avait été libéré en octobre 2011 après 13 années d'emprisonnement pour espionnage, mais il est encore soumis à près de trois années de résidence surveillée aux Etats-Unis.

En mars, il avait été autorisé à se rendre pendant deux semaines à Cuba pour voir son frère atteint d'un cancer du poumon en phase terminale. Ce dernier est décédé vendredi dernier, selon des médias cubains.

René Gonzalez, qui a acquis la nationalité américaine, demande dans sa requête l'autorisation "de retourner à Cuba et d'y résider avec sa famille jusqu'à la fin de sa libération conditionnelle, étant entendu que l'accusé renoncera à sa citoyenneté américaine une fois à Cuba", ajoute le document.

L'accusé fait partie du groupe des "Cinq", considérés à Cuba comme des "héros de la lutte antiterroriste". René Gonzalez, Gerardo Hernandez, Ramon Labanino, Antonio Guerrero et Fernando Gonzalez avaient été arrêtés en 1998 après avoir infiltré les milieux anticastristes de Floride pour, selon La Havane, empêcher des attentats terroristes contre Cuba.

Les cinq hommes avaient été condamnés à des peines allant de 15 ans de prison à la perpétuité.

En mars, l'avocat de l'Américain Alan Gross, condamné à 15 ans de prison par les autorités cubaines pour espionnage, avait fait parvenir une lettre au président Raul Castro le priant d'accorder à son client l'autorisation de se rendre aux Etats-Unis pour aller au chevet de sa mère atteinte d'un cancer. Sa demande avait été refusée, avait expliqué en mai une responsable du ministère cubain des Affaires étrangères sur la chaîne CNN.

pb/sf/mdm

PLUS:afp