NOUVELLES

Tour de France - Parcours: une course contre le temps

26/06/2012 07:32 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Le Tour de France 2012 revient samedi à Liège (Belgique) au traditionnel prologue, abandonné l'an dernier, et privilégie la course contre le temps, au long de plus de 100 kilomètres de "chronos" individuels, jusqu'à l'arrivée le 22 juillet à Paris.

Deux grands contre-la-montre, le premier (Besançon) placé avant l'entrée en haute montagne, le second (Chartres) à la veille de l'arrivée du 22 juillet à Paris, sont autant de rendez-vous décisifs dans un parcours de 3497 kilomètres qui s'attache à trouver de nouveaux terrains, souvent très ardus. "Les pentes les plus raides de l'histoire du Tour", annonce son directeur Christian Prudhomme.

Pour rompre avec la litanie des sprints, la première semaine dans la plaine prévoit deux arrivées en côte, dès la première étape (Seraing) puis deux jours plus tard en conclusion de la traversée des petits monts du Boulonnais (Boulogne-sur-Mer). Mais la première arrivée sélective est prévue à la 7e étape, à La Planche des Belles Filles, une côte très raide de près de 6 kilomètres dans la forêt aux abords du massif vosgien.

L'étape suisse de Porrentruy, le lendemain, présente tous les éléments (brièveté, densité, absence de vallées) favorables aux attaquants, comme le souhaite Christian Prudhomme. Après ce passage de moyenne montagne et le "chrono" vallonné de Besançon, la course entre en altitude, avec le Grand Colombier pour rejoindre Bellegarde-sur-Valserine et surtout l'enchaînement Madeleine-Glandon-La Toussuire dans la seule grande étape alpestre (12 juillet).

La liaison avec les Pyrénées se fait par la vallée du Rhône et le Languedoc (Le Cap d'Agde après la montée du Saint-Clair à Sète). L'apéritif ariégeois (Foix, par le mur de Péguère) précède ensuite la seconde journée de repos et un diptyque concentré de haute montagne avec les quatre "classiques" grands cols pyrénéens (Aubisque, Tourmalet, Aspin, Peyresourde) sur la route de Luchon, puis l'arrivée inédite à Peyregudes, rejoint après l'ascension du port de Balès, à trois jours de Paris.

Pour les candidats au podium, il reste encore à négocier le très long contre-la-montre (53,5 km) tracé dans la plaine de la Beauce. De Chartres et de sa cathédrale changée par Péguy, les Champs-Elysées sont en vue !

jm/sk

PLUS:afp