NOUVELLES

Somalie: l'armée somalienne dit avoir pris un nouveau bastion shebab

26/06/2012 08:47 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Les forces gouvernementales somaliennes, appuyées par la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), ont pris mardi le contrôle d'un nouveau bastion des rebelles islamistes shebab près de Mogadiscio, selon un responsable et des témoins.

Les forces progouvernementales sont entrées dans la ville de Balad à la mi-journée. Située à une trentaine de km de Mogadiscio, la localité abrite un pont essentiel pour relier la capitale à la province du Moyen-Shabelle, et au reste du nord somalien.

"Nous avons pris le contrôle de Balad et des villages alentours aujourd'hui," a déclaré le général Ali Araye Osoble, porte-parole de l'armée. "Il n'y a pas eu de sérieuse résistance."

Selon des témoins, de fortes explosions ont suivi l'entrée de l'armée somalienne, mais le calme est vite revenu.

"Des chars et d'autres camions militaires accompagnés par des troupes d'infanterie ont déferlé sur la ville," a raconté l'un d'eux, Mohamed Gagale.

Un autre témoins, Adan Ibrahim, dit avoir vu des descentes de l'armée dans des maisons, et entendu des coups de feu, qui, d'après lui, n'ont pas fait de victimes. "Ils contrôlent maintenant entièrement la localité," a-t-il affirmé.

Les shebab, qui avaient déjà abandonné leurs positions à Mogadiscio en août 2011, ont perdu plusieurs bastions ces derniers mois dans le centre et le sud somalien à la faveur d'une offensive régionale militaire -- ceux d'Afgoye et Afmadow notamment. Les forces somaliennes et l'Amisom sont, depuis fin 2011, appuyées par des contingents des armées kényanes et éthiopiennes.

Les shebab, qui contrôlent encore de larges part du centre et du sud somalien, affirment eux que leurs replis sont toujours tactiques.

Les rebelles ont encore la main sur le port de Kismayo, leur poumon économique, que l'armée kényane entend prendre d'ici à août, quand les autorités de transition somaliennes seront, en théorie, dissoutes, pour ouvrir une nouvelle ère politique en Somalie.

Depuis la chute du président Siad Barre en 1991, le pays est ravagé par la guerre civile et privé d'Etat. Les autorités de transition actuelles, soutenues à bout de bras par la communauté internationale, ont, comme les précédentes, échoué à rétablir une autre autorité centrale.

nur-aud/bb/ej

PLUS:afp