NOUVELLES

Nord du Mali: au moins un mort pendant une marche contre les groupes armés à Gao

26/06/2012 01:41 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Au moins une personne a été tuée par balle et une dizaine ont été blessées mardi à Gao, dans le nord-est du Mali, pendant une marche contre les groupes armés qui occupent la ville et qui ont tiré sur les manifestants, ont affirmé des témoin à l'AFP.

Ces violences ont eu lieu pandant une manifestation organisée pour protester contre la mort d'un conseiller municipal de Gao abattu lundi.

Certains témoins ont accusé les rebelles touareg d'avoir tiré, d'autres ont indiqué qu'il était difficile de déterminer qui des islamistes qui contrôlent en partie la région ou des rebelles touareg avait tiré.

"Nous marchons pour protester contre la mort de notre conseiller municipal", a déclaré en fin de matinée Oumar Diankanté, enseignant à Gao. "Les gens du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg) tirent sur nous, il y a déjà un mort que j'ai vu, mais d'autres parlent de plusieurs morts".

"C'est grave! Les rebelles (du MNLA) tirent sur nous parce que nous marchons", a confirmé un autre témoin sous couvert de l'anonymat.

Une source hospitalière à Gao a indiqué que "onze blessés", dont certains grièvement, ont été admis à l'hôpital.

Abdou Sidibé, député de Gao, a affirmé à l'AFP "qu'il y a eu plusieurs morts", mais sans pouvoir en préciser le nombre. Cette information n'a pas été confirmée de source médicale.

Selon la source hospitalière, il était difficile de savoir si c'étaient les membres des groupes islamistes armés - Ansar Dine (défenseur de l'islam en arabe), le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), soutenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) - également présents à Gao, ou ceux du MNLA, qui avaient ouvert le feu.

Les marcheurs entendaient protester contre l'assassinat lundi soir à Gao par des hommes armés d'Idrissa Oumarou, enseignant et élu local du parti du président malien de transition, Dioncounda Traoré.

Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, membre d'une délégation du MNLA qui discute à Ouagadougou avec la médiation burkinabè dans la crise malienne, a démenti que des membres de son mouvement aient tiré sur la foule, parlant d'une "manipulation du Mujao pour pousser la population à se soulever contre le MNLA".

"Le MNLA condamne fermement la mort" de l'élu "et condamne aussi fermement, quels qu'en soient les auteurs, ceux qui ont tiré sur la foule qui manifestait son mécontentement ce matin à Gao", a-t-il dit, prommettant que "tout sera fait" pour identifier les commanditaires et les auteurs de ces "crimes".

"Nous ne voulons plus des gens du MNLA, ni du Mujao chez nous à Gao. Il faut que l'armée malienne vienne rapidement pour nous aider à chasser les bandits armés", a déclaré Moustapha Maïga, un élu d'une localité proche de Gao.

A Bamako, plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour dénoncer les violences de Gao, mais aussi "l'incapacité du gouvernement" à y faire face et à reconquérir le Nord, a constaté un journaliste de l'AFP.

C'est à Gao qu'avait déjà eu lieu en mai la première manifestation de colère contre l'occupation de la ville par les groupes armés, en particulier islamistes. Des hommes armés avaient empêché des jeunes de jouer au football et de regarder la télévision, ce qui avait provoqué de violentes manifestations anti-islamistes, qui avaient été réprimées, faisant au moins cinq blessés.

Le nord du Mali est le théâtre de violences et de violations des droits de l'Homme depuis qu'il est tombé aux mains des rebelles touareg, des islamistes armés et de divers groupes criminels il y a près de trois mois, à la faveur d'un coup d'Etat militaire commis à Bamako le 22 mars, selon des ONGs.

La semaine dernière, un homme et une femme qui ont eu un enfant sans être mariés ont reçu cent coups de fouet chacun à Tombouctou (nord-ouest), donnés par des membres d'Ansar Dine qui contrôle la ville.

Début juin, des membres du Mujao avaient brûlé des cartons de cigarettes et fouetté des fumeurs à Bourem, autre localité du Nord.

sd-roh/stb/jpc

PLUS:afp