Le groupe de médias News Corporation du magnat américano-australien Rupert Murdoch, ébranlé par un retentissant scandale d'écoutes illégales en Grande-Bretagne, a annoncé mardi dans un bref communiqué qu'il envisageait de se scinder en deux entreprises cotées.

Le groupe confirme ainsi des informations de la presse américaine qui affirment que News Corp. regrouperait d'un côté ses activités de télévision et cinéma, les plus rentables, et de l'autre ses activités de presse.

Cette seconde branche réunirait notamment le Wall Street Journal, le Times de Londres, le New York Post et la maison d'édition HarperCollins.

Le directeur des opérations de News Corp., Chase Carey, avait déjà évoqué en début d'année la possibilité d'une scission du groupe.

Selon une source du New York Times, la raison du démantèlement du groupe est moins le souhait de tourner la page du scandale des écoutes en Grande-Bretagne que la manifestation d'une volonté d'améliorer la valeur du groupe pour ses actionnaires.

L'activité télévision/cinéma a généré 23,5 milliards de dollars de chiffres d'affaires pour l'exercice achevé fin juin 2011, contre 8,8 milliards de dollars pour l'activité presse.