NOUVELLES
26/06/2012 06:11 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Marco Di Vaio devrait être en action pour l'Impact mercredi, contre le FC

Les amateurs pourront voir le nouveau venu italien et joueur désigné Marco Di Vaio, mercredi soir, alors que l'Impact de Montréal (5-8-3) recevra le FC de Toronto (1-10-2).

L'ancien international Di Vaio, 35 ans, a finalement le feu vert pour jouer en MLS, et il devrait être en action pour le club montréalais, au Stade Saputo.

Voilà qui pourrait causer des ennuis à la défense du FC, qui a déjà alloué 28 buts en 2012, un sommet dans la ligue.

«Il est vraiment bon pour faire travailler les défenseurs, a dit l'entraîneur de l'Impact, Jesse Marsch. Ses montées le long de la ligne sont très réfléchies, et il choisit très bien les moments où il va les amorcer. »

Di Vaio, qui portera le chandail numéro 9, sait aussi quoi faire autour du filet. Il a marqué 142 buts en 342 matches de Série A en Italie avec Lazio, Bari, Salernitana, Parme, Juventus, Gênes et Bologne.

«Il est très doué pour trouver différentes façons de finir ou de fabriquer des jeux», a dit Marsch.

L'arrivée de Di Vaio tombe à point pour l'Impact, l'attaquant Bernardo Corradi s'étant blessé au genou à l'entraînement. L'équipe doit aussi se débrouiller sans le défenseur Matteo Ferrari.

Pour Paul Mariner, qui dirige le FC, il s'agira d'un autre bon défi à l'étranger. Depuis qu'il a remplacé Aron Winter, l'ancien international anglais a un dossier de 0-1-2. Le FC a soutiré des matches nuls, 3-3 et 2-2, après avoir bousillé des avances à Houston et contre la Nouvelle-Angleterre. Mariner a vu la formation perdre 2-0 à Kansas City à son premier match aux commandes.

Le match de mercredi sera le quatrième affrontement entre les deux équipes cette saison.

L'Impact a remporté le précédent match de MLS 2-1 à domicile en avril, mais le mois suivant, le FC a écarté Montréal du championnat canadien en l'emportant 2-0.

Après le match retour, un gain de 2-0 du FC à Toronto, on a dû empêcher Marsch d'aller confronter Bob de Klerk, qui était alors entraîneur adjoint avec le FC.

Marsch n'a pas voulu revenir sur cet incident, mardi, offrant plutôt des compliments à ses rivaux torontois.

«Je crois qu'ils sont bien meilleurs que ce que dit leur fiche, et je dirais qu'ils ont très bien joué ces derniers temps», a t-il mentionné.

PLUS:pc