NOUVELLES

Les prix à la pompe enfleront d'ici la matinée, dit un observateur

26/06/2012 08:43 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

Un observateur de la fluctuation des prix de l'essence prévient que les prix à la pompe augmenteront significativement d'ici la matinée, de trois cents le litre dans certaines régions du pays.

Le site web de Dan McTeague Tomorrow's Gas Prices Today souligne que l'augmentation surviendrait avant le prochain long week-end au Canada et aux États-Unis.

M. McTeague prédit que l'un des bonds les plus marqués sera enregistré à Kamloops, en Colombie-Britannique, où il s'attend à une hausse de trois cents le litre. Les prix à la pompe dans d'autres villes de l'Ouest canadien devraient connaître des hausses moins significatives.

Son site web prédit une hausse de deux cents le litre à Montréal, et de 2,7 cents et 2,8 cents respectivement à Ottawa et Toronto. Calgary verrait les prix à la pompe sur son territoire augmenter d'un cent.

Le cours du pétrole sur le Nymex, bourse spécialisée établie à New York, a chuté de façon draconienne cette année et se chiffre ces temps-ci sous les 80 $ US le baril.

La situation économique en Europe, combinée à un ralentissement de l'embauche aux États-Unis et un recul de l'activité manufacturière en Chine, a contribué à la retraite marquée des prix du pétrole depuis l'hiver.

Le cours du brut sur le Nymex a ajouté 15 cents, mardi, pour clôturer à 79,36 $ US le baril.

Néanmoins, les analystes estiment que les prix à la pompe ne fluctuent pas nécessairement en phase avec le marché mondial du brut.

Les prix à la pompe sont influencés par bon nombre d'autres facteurs, tels que les prix de gros du pétrole brut et, dans une moindre mesure, par les marges de profit des détaillants.

Sur une base quotidienne, les prix au détail ne suivent pas de façon coordonnée les prix annoncés du brut, car le pétrole est habituellement vendu dans des transactions à l'avance, connues sous le vocable de contrats à terme.

La semaine dernière, Statistique Canada a rapporté que le taux d'inflation en mai avait chuté de presque un point, à 1,2 pour cent — son plus bas niveau depuis juin 2010. La principale raison pour le recul résidait dans les prix de l'essence, qui avaient baissé de 2,3 pour cent par rapport au même mois de l'année précédente.

PLUS:pc