NOUVELLES

Le Manitoba ne veut pas d'enquête publique sur les femmes autochtones

26/06/2012 07:35 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

WINNIPEG - Le gouvernement du Manitoba n'envisage pas tenir d'enquête publique sur les femmes autochtones portées disparues et assassinées, et ce malgré un appel en ce sens de certains chefs autochtones de la province.

Le ministre manitobain de la Justice Andrew Swan a ainsi déclaré mardi que le gouvernement ne voulait pas s'immiscer dans une enquête criminelle, et que l'idée était ainsi laissée de côté pour l'instant.

Les commentaires du ministre font suite à l'arrestation de Shawn Cameron Lamb, âgé de 52 ans, en vertu d'accusations des meurtres de trois femmes autochtones à Winnipeg. La police n'écarte pas l'idée de déposer des accusations supplémentaires, et discute avec les autorités d'autres provinces pour voir si M. Lamb ne serait pas relié à des affaires survenues ailleurs.

Les corps de deux des présumées victimes de M. Lamb, Carolyn Sinclair et Lorna Blacksmith, ont été découverts dans des sacs de plastique près de poubelles. Le corps d'une troisième femme, Tanya Nepinak, n'a toujours pas été retrouvé.

Des chefs autochtones réclament une enquête publique pour examiner la façon dont les rapports de femmes autochtones portées disparues sont traités par la police. David Nepinak, président de l'Assemblée des chefs du Manitoba, affirme que plusieurs Autochtones craignent que ne sévisse à Winnipeg un tueur en série ciblant les femmes autochtones.

M. Nepinak et d'autres chefs envisageaient de tenir une vigie devant la législature provinciale, mardi soir.

Au dire de M. Swan, la province s'est assurée que la police disposait des ressources nécessaires pour enquêter sur les affaires de femmes disparues et sur d'autres dossiers, et il a soulevé le problème à l'échelle nationale.

«Nous avons discuté de ces questions pas plus tard que janvier dernier, lorsque les ministres provinciaux de la Justice se sont rencontrés. Nous voulons faire notre part du côté de la justice, pour nous assurer que les ressources sont disponibles pour résoudre ces affaires», a-t-il déclaré.

PLUS:pc