NOUVELLES

Euro-2012 - Du nombre et beaucoup d'absents de marque

26/06/2012 10:17 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

La 21e édition des Championnats d'Europe d'athlétisme, du mercredi à dimanche à Helsinki, offrent la particularité d'être la première organisée l'année des JO, avec pour conséquence une participation certes massive mais qui ne peut masquer des absences lourdes.

"Il y a presque autant d'inscrits (1322 athlètes contre 1342) qu'aux +Europe+ de 2010 à Barcelone, sans cette fois les épreuves sur route (marathon et marche). Et on a 17 tenants du titre présents, beaucoup plus qu'à Barcelone", souligne Christian Milz, directeur général de l'Association européenne d'athlétisme (AEA).

M. Milz consent néanmoins que la Russie, première puissance continentale, "n'a pas joué le jeu" en envoyant une formation de complément.

De Yelena Isinbayeva, la tsarine de la perche, à Andrey Silnov, le champion olympique en titre de la hauteur, l'ogre se fait modeste chez le voisin finlandais, ce qui ne l'empêche pas de viser encore et toujours la première place au tableau des médailles.

Les chiffres ne trompent pas: des 12 champions du monde de Daegu-2011, seuls quatre descendront dans l'arêne où palpita le coeur des Jeux de 1952. Et trois sont des Allemands. Normal: la Mannschaft a délégué une imposante délégation en nombre (94) et en force, avec son armada de lanceurs en tous genres.

Les Britanniques ont gardé le meilleur de leurs troupes à domicile, à désormais cinq semaines de l'objectif suprême de Londres.

La France, qui avait terminé 2e au tableau des médailles à Barcelone (18, dont huit en or), derrière la Russie, comptera probablement moins de podiums qu'en Catalogne. Mais elle a "joué le jeu", selon l'expression de son président fédéral Bernard Amsalem. Ses valeurs sûres ont répondu présents: le perchiste Renaud Lavillenie, Mahiedine Mekhissi (3000 m steeple) et la mégastar du sprint européen, Christophe Lemaitre.

Lemaitre ne défendra que deux de ses trois couronnes au stade olympique, celles du 100 m et du relais du tour de piste, délaissant celle du 200 m.

"Même si mon objectif principal ce sont les JO, ces Championnats d'Europe ne sont pas rien. Je ne compte pas repartir d'Helsinki sans médaille d'or", a averti le grand blond.

Dans son plaidoyer pour des championnats continentaux bisannuels, Hansjörg Wirz, président de l'AEA, a évoqué la nécessité "d'assurer l'avenir de l'athlétisme continental". Et de rappeler que la part de l'Europe dans la distribution des médailles olympiques et mondiales est passée de 50% à 34% en deux décennies.

Sera-ce suffisant pour redonner du souffle au demi-fond du Vieux-continent? Rien n'est moins sûr.

Au moins, ces joutes européennes permettront de découvrir de nouveaux talents, comme le hurdler russe Sergey Shubenkov. Et de constater la montée collective de la Turquie.

asc/sk

PLUS:afp