NOUVELLES

CHI: les profits iront à Juripop, mais un autre événement n'est pas exclu

26/06/2012 03:26 EDT | Actualisé 26/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - La Coalition des humoristes indignés (CHI) versera finalement les profits de son spectacle du 18 juin exclusivement à la clinique juridique Juripop, mais la CLASSE pourrait ne pas être en reste, puisque les organisateurs sont ouverts à l'idée de concocter un deuxième événement pour amasser des fonds, a indiqué mardi la coalition étudiante.

Pour l'heure, les organisateurs ont simplement publié un communiqué dans lequel ils déclarent que la CHI remettrait «fièrement» les profits à Juripop. Il n'est pas question d'un événement à venir dans cette communication.

«Nous n'avons pas l'intention de faire un 2e show pour le moment. Luce (Rozon) disait simplement qu'on était ouvert à l'idée», a nuancé l'auteur et instigateur du spectacle, Daniel Thibault.

La tenue d'une seconde activité de collecte de fonds chapeautée par les mêmes organisateurs serait cependant conditionnelle à l'approbation de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), qui se prononcera sur la question le 3 juillet, à l'issue d'un congrès, a indiqué la coporte-parole Camille Robert.

«S'il y a des conditions à mettre, ça va être le congrès qui va statuer là-dessus, mais sinon, évidemment, quand il y a des initiatives qui sont prises pour organiser des spectacles-bénéfice pour la CLASSE, c'est certain que ça nous fait plaisir», a-t-elle lancé à l'autre bout du fil.

Le regroupement étudiant avait contraint les organisateurs du spectacle de la CHI à ajuster le tir après que des associations et des militants eurent exprimé leur malaise à l'idée de toucher à des sommes amassées grâce aux numéros de certains humoristes jugés inacceptables.

Selon Camille Robert, seule une minorité d'humoristes n'a pas proféré de blagues racistes, sexistes ou homophobes le soir du 18 juin. Mme Robert n'a pas assisté à la représentation, mais certains militants de la CLASSE y étaient et lui ont fait un rapport détaillé des événements.

«Ce qu'on va demander, ce n'est pas de voir tous les textes des humoristes à l'avance, évidemment», a-t-elle précisé.

Mais des plaisanteries portant sur l'apparence physique de protestataires plus enrobés qui participent aux manifestations nues, par exemple, ont l'heur de déplaire à certains militants de la CLASSE, a poursuivi la coporte-parole étudiante.

«Je pense que c'est possible de faire de l'humour sans encourager certains stéréotypes, et je pense que les humoristes aussi peuvent être sensibles à ces réalités-là», a expliqué Camille Robert, qui se défend bien de verser dans la censure.

Le spectacle de la CHI a été conçu par Daniel Thibault et produit par les soeurs Luce et Lucie Rozon.

Les organisateurs se sont montrés compréhensifs quant au mode de fonctionnement de la CLASSE, qui dit prendre ses décisions en suivant les principes de la démocratie directe.

«Nous respectons toutes les décisions prises par les organisations étudiantes, car elles ont eu lieu dans un cadre démocratique où les débats et les idées peuvent être débattus et où tout le monde a droit à la parole et à son opinion», a assuré Luce Rozon.

C'est d'ailleurs «au vu du processus démocratique de la CLASSE» — que les organisateurs disent respecter — qu'une entente finale sur la question financière n’a pu être conclue mardi, et que la décision de verser les fonds à Juripop a été prise.

Jean-François Mercier, Laurent Paquin, Guy Nantel, Martin Petit, André Sauvé, Mario Jean, Daniel Lemire, Mike Ward, François Massicotte, Emmanuel Bilodeau, Maxim Martin, Claudine Mercier et Guillaume Wagner, entre autres, avaient participé au gala.

L'unique bénéficiaire du spectacle du 18 juin, Juripop, représente la Fédération des étudiants collégiaux du Québec (FECQ), la Fédération des étudiants universitaires du Québec (FEUQ) et la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) dans la contestation judiciaire du projet de loi 78 adopté dans la foulée du conflit étudiant.

PLUS:pc