L'Océan est-il la "prochaine frontière de la civilisation"? Certains le croient, comme les tenants de ce projet un peu fou, qui fait penser à première vue aux phalanstères rêvés des philosophes utopistes du 19è siècle, à la Charles Fourier, à la recherche du modèle de la cité idéale. Il s'agit ici d'une poignée de libertariens, comme le raconte l'hebdomadaire les Inrocks sur son site.

L'idée expliquée sur le site Internet du projet est de construire des villes indépendantes sur des plates-formes maritimes dans les eaux internationales. Lesquelles eaux internationales sont des zones "grises" qui permettent aux volontaires de construire le modèle politique de leur choix. Un modèle que le fondateur du projet"The Seasteading Institute" décrit comme une "expérimentation et une innovation de divers systèmes sociaux, politiques et légaux".

Voir ci-dessous une vidéo de présentation de ces "cités du futures" modéllisées, suite à un concours d'architecture lancé par les fondateurs du projet :

Patri Friedman, le fondateur du projet, a plutôt un background en informatique. Il a notamment travaillé pour la firme Google et cotoyé quelques geeks de la Silicon Valley californienne, ce qui lui permet aujourd'hui de compter sur les fonds de Peter Thiel, cofondateur de PayPal et investisseur de Facebook.

1200 à 3000 euros par mois

Ses intentions sont-elles celles d'un doux rêveur ou d'un investisseur ayant d'abord le soucis de la rentabilité? Comme son nom le laisse suggérer, Patri Friedman est aussi le petit-fils du prix Nobel d'économie Milton Friedman, grand défenseur du libéralisme et principal opposant de John Keynes.

On peut penser qu'il a hérité de son grand père un certain côté...pragmatique, puisque pour préparer l'avenir de ces communautés flottantes l'aspect marketing et financier du projet semble déjà bien ficelé. Ainsi "une centaine d'entrepreneurs de génie du monde entier" pourront embarquer dans le projet pilote pour la "modique" somme de 1200 à 3000 euros par mois selon les Inrocks. Le projet a pour nom Blueseed, et doit être lancé en 2014. Il s'agira d'un simple bateau de croisière, à quelques kilomètres de la côte californienne. L'intérêt pour les participants est qu'ils pourront travailler à proximité de la célèbre Silicon Valley, le centre névralgique de la création geek américaine, sans avoir à justifier d'un visa de travail américain. Un bon plan pour eux, et sans doute un bon investissement pour Patri Friedman.

D'autres vidéos :

Voir la vidéo de démonstration du projet (uniquement en anglais) :

Des photos des fondateurs et du projet :