NOUVELLES

RDC: reprise des combats entre l'armée et les mutins dans l'est (mutins)

25/06/2012 07:23 EDT | Actualisé 25/08/2012 05:12 EDT

Les combats entre l'armée et les mutins ex-rebelles ont repris lundi, après une semaine d'accalmie relative, dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris auprès des mutins.

Les Forces armées (FARDC) "commencent à nous attaquer avec des armes lourdes sur une colline proche de Mbuzi", l'une des trois collines ont sont regroupés les mutins, a affirmé à l'AFP vers 12H00 (10h00 GMT) le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du Mouvement du 23 mars (M23), dont se revendiquent les dissidents.

Avant de riposter, "nous attendons, nous allons discuter avec les partenaires. Nous sommes en train d'informer la Monusco (Mission de l'ONU) pour dire que les FARDC doivent cesser les attaques pour donner la chance" aux élèves de passer l'examen d'Etat (équivalent du Bac) dans la "sérénité", a-t-il ajouté.

Les élèves commencent ce lundi les épreuves dans toute la RDC. Le gouvernement congolais dit avoir pris des mesures pour permettre aux jeunes du territoire de Rutshuru, où se déroulent les combats depuis plus d'un mois, de passer eux aussi l'examen.

"On a rassemblé tous ceux qui sont dans la zone perturbée à partir de Jomba et ses localités environnantes, sur Bunagana", à la frontière avec l'Ouganda, où ils bénéficient de la "protection de l'armée et de la Monusco", a précisé à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

Les combats qui ont commencé en mai entre les FARDC et les mutins issus de l'ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrée dans l'armée en 2009, ont fait plus de 200.000 déplacés, et 20.000 réfugiés au Rwanda et en Ouganda voisins.

"Même ceux" des élèves qui ont fui en Ouganda sont "revenus pour passer leur examen à Bunagana", a souligné M. Mende.

Le M23 a demandé à l'armée de "s'abstenir de toute initiative de guerre" pendant les examens pour que les élèves puissent "affronter paisiblement ce test", indique un communiqué daté de dimanche et signé par le Colonel Sultani Makenga, "coordonateur" du mouvement.

hab/epe/ej

PLUS:afp