NOUVELLES

Les conservateurs s'en prennent à Thomas Mulcair dans deux publicités

25/06/2012 08:39 EDT | Actualisé 25/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le Parti conservateur du Canada a lancé sa première attaque contre le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, en présentant sur YouTube deux publicités, l'une en français et l'autre en anglais.

Les conservateurs comptent apparemment sur les médias traditionnels et sociaux pour relayer leur message, qui est cependant loin d'avoir la virulence de ceux qu'ils ont déjà concoctés contre les anciens leaders du Parti libéral du Canada.

Ces annonces arrivent trois mois après que M. Mulcair eut été choisi pour diriger le NPD, une période importante durant laquelle le leader néo-démocrate a réussi à assurer à son parti une légère avance dans les sondages et à faire valoir ses qualités en tant qu'aspirant premier ministre.

Stéphane Dion et Michael Ignatieff n'avaient pas eu la même chance après leur élection à la tête des troupes libérales. À peine élus, ils avaient fait l'objet de coûteuses publicités diffusées aux heures de grande écoute dans lesquelles les conservateurs les dénigraient, le premier en disant qu'il n'avait aucun leadership et le deuxième en soutenant qu'il n'était que de passage.

Le fait qu'il ait attendu pour s'en prendre à Thomas Mulcair laisse entendre que le Parti conservateur n'a aucun intérêt à démolir le chef néo-démocrate comme il l'a fait avec MM. Dion et Ignatieff. La réalisation de l'objectif présumé du premier ministre Stephen Harper, qui consiste à rayer les libéraux de la carte, dépend de la capacité du NPD à rallier de plus en plus d'électeurs de centre-gauche.

Mais comme l'opposition officielle est maintenant en tête dans les intentions de vote, les conservateurs semblent avoir décidé que la lune de miel avait assez duré.

Dans la version française de l'annonce, ils accusent les néo-démocrates de défendre des «théories économiques dangereuses», notamment en ce qui concerne l'imposition d'une taxe sur le carbone qui «augmenterait les prix de l'essence, de l'électricité et plus encore».

La publicité se termine sur la phrase: «Nous ne pouvons pas nous permettre le NPD de Mulcair.»

En fait, le chef du NPD souhaite établir un prix pour le carbone en implantant un système d'échange de droits d'émissions, un modèle qui était jusqu'à tout récemment privilégié par le gouvernement conservateur.

PLUS:pc