NOUVELLES
25/06/2012 06:02 EDT | Actualisé 25/08/2012 05:12 EDT

La suspension de la Syrie de l'OCI recommandée par des pays membres

Les membres du comité exécutif de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) ont recommandé la suspension de la Syrie de l'organisation panislamique lors d'une réunion extraordinaire dimanche soir à Jeddah en Arabie saoudite.

Le communiqué final de la réunion recommande à une réunion ministérielle de l'organisation, prévue à Djibouti à une date indéterminée, de prendre cette décision devant le refus du régime syrien de mettre fin à la répression.

Le délégué saoudien, le prince Turki ben Mohammed ben Saoud Al-Kabir, sous-secrétaire aux Affaires étrangères, a fortement soutenu la recommandation dans son intervention devant le comité, composé de 7 des 57 membres de l'OCI.

"Il faut prendre des mesures radicales après l'échec des demi-solutions", a-t-il plaidé.

Le communiqué réaffirme le soutien de l'OCI à la mission de l'émissaire international Kofi Annan et recommande de prendre des sanctions contre le régime syrien sous le chapitre 7 de la charte des Nations unies.

Il estime aussi que la Syrie, en abattant vendredi un avion militaire turc, a commis un "acte qui menace la sécurité et la stabilité régionales".

Lors de cette réunion, le secrétaire général de l'OCI a mis en garde contre les répercussions du conflit syrien sur l'ensemble de la région.

"La situation en Syrie peut conduire à une guerre civile qui ferait des milliers de victimes supplémentaires et dont les répercussions pourraient toucher l'ensemble de la région", a déclaré le Turc Ekmeleddin Ihsanoglu.

"L'OCI a tenu à ne pas s'ingérer dans les affaires d'un Etat membre (...) mais la dégradation de la situation sécuritaire, la répression et la mort de milliers d'enfants et de femmes ont conduit à internationaliser la crise", a-t-il ajouté.

La réunion devait être consacrée à l'examen de la situation en Syrie, au Soudan et dans le Sahel africain. Tous les délégués ont été invités à y participer, dont le Syrien et l'Iranien, qui ont tenté en vain de bloquer la discussion de la crise syrienne.

Les débats ont donné lieu à des appels à une intervention du Conseil de sécurité de l'ONU en Syrie, ce qui a été rejeté par la Syrie mais aussi l'Iran, l'Algérie et le Kazakhstan, selon des sources au sein de l'OCI.

bur/aa/mh/fc

PLUS:afp