NOUVELLES

Egypte: chronologie de la Révolution du Nil

25/06/2012 10:18 EDT | Actualisé 25/08/2012 05:12 EDT

CAIRO - De la place Tahrir à la proclamation de la victoire de Mohammed Morsi, voici les principaux événements de la Révolution du Nil et de la transition en Egypte:

2011

- 25 janvier: inspirés par la révolte populaire en Tunisie, des manifestants égyptiens descendent dans la rue par milliers pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981

- 26 janvier: les forces de l'ordre investissent la place Tahrir au Caire, dispersant brutalement les manifestants. Trois d'entre eux sont tués, les premiers des quelque 900 qui périront jusqu'à la mi-février

- 28 janvier: Moubarak ordonne à l'armée de rétablir l'ordre, alors que la police disparaît des rues, entraînant pillages et incendies

- 29 janvier: pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir, Moubarak nomme un vice-président, choisissant son chef des services de renseignement Omar Souleïman

- 1er février: Moubarak annonce lors d'une allocution qu'il ne briguera pas un nouveau mandat lors de la présidentielle de septembre, mais ne quittera pas le pouvoir d'ici là

- 2 février: de violents affrontements entre pro et anti-Moubarak, sans que l'armée n'intervienne, font plusieurs morts au Caire

- 10 février: Moubarak transfère ses pouvoirs à Souleïman, sans pour autant démissionner, et promet des changements constitutionnels. Les manifestations se poursuivent

- 11 février: Hosni Moubarak démissionne et transfère ses prérogatives à l'armée

- 13 février: le Conseil suprême des forces armées (CSFA) annonce la dissolution du Parlement et la suspension de la Constitution, deux revendications majeures des manifestants

- 13 avril: l'ex-président est placé en détention provisoire, accusé notamment d'avoir ordonné d'ouvrir le feu contre les manifestants. Il est assigné à résidence à l'hôpital de Charm el-Cheikh où il a été admis auparavant pour des problèmes cardiaques. Ses fils Gamal et Alaa sont également détenus

- 3 août: début au Caire du procès de Hosni Moubarak, qui comparaît sur une civière installé dans le box des accusés. Ses fils Gamal et Alaa, l'ex-ministre de l'Intérieur Habib al-Adly et six anciens responsables de la police sont jugés avec lui

- 28 novembre: coup d'envoi des législatives, qui s'étalent en trois phases jusque janvier

2012

- 21 janvier: les partis islamistes égyptiens remportent près de 75% des sièges au Parlement, selon les résultats définitifs, la coalition menée par les Frères musulmans en décrochant elle-même 47%

- 20 février: le procureur Mustafa Souleïman requiert la peine de mort pour Moubarak et cinq autres co-accusés

- 20 avril: coup d'envoi de la campagne présidentielle avec la publication de la liste officielle des 13 candidats

- 3 mai: l'armée égyptienne réaffirme son engagement de transférer le pouvoir à une administration civile avant le 1er juillet. La veille, de nouvelles violences meurtrières avaient eu lieu au Caire, visant des manifestants qui dénonçaient le pouvoir militaire

- 23-24 mai: premier tour de la présidentielle, qui voit Mohammed Morsi, candidat des Frères musulmans, arriver en tête de peu devant Ahmed Shafiq, dernier Premier ministre de Moubarak

- 2 juin: Hosni Moubarak est condamné à la prison à vie, ainsi qu'Habib el-Adly. Six autres responsables de la sécurité sont acquittés. M. Moubarak est également acquitté des chefs de corruption pesant sur lui, tout comme ses deux fils. Ces derniers doivent encore être jugés pour délit d'initiés

- 14 juin: la Cour suprême constitutionnelle ordonne la dissolution du Parlement, estimant que la loi encadrant les législatives n'a pas respecté le principe d'égalité. Elle valide par ailleurs la candidature de M. Shafiq

- 16-17 juin: second tour de la présidentielle. Peu après la fermeture des bureaux de vote, le CSFA annonce la publication d'une Constitution par intérim limitant les pouvoirs du futur président

- 19 juin: les partisans des Frères musulmans manifestent sur la place Tahrir contre le "coup de force constitutionnel" du CSFA

- 24 juin: la commission électorale proclame Mohammed Morsi vainqueur de la présidentielle, avec 51,7% des voix. AP

mw/v0352/sb

PLUS:pc