NOUVELLES

Deux Iraniens condamnés à mort pour consommation d'alcool

25/06/2012 03:12 EDT | Actualisé 24/08/2012 05:12 EDT

Deux Iraniens ont été condamnés à mort dans le nord-est du pays pour consommation répétée d'alcool, a annoncé un responsable de la justice locale cité lundi par la presse iranienne.

"Ces deux individus ont consommé de l'alcool pour la troisième fois. Les deux dernières fois, ils avaient été condamnés à des coups de fouet et cette fois, ils ont été condamnés à mort", a déclaré Hassan Shariati, le chef de la justice de la province Khorassan Razavi (nord-est).

La sentence a été confirmée par la cour suprême, mais selon la loi iranienne, un individu condamné à mort pour consommation d'alcool peut échapper à l'exécution s'il se repent.

Depuis la révolution islamique de 1979, la production, le commerce et la consommation d'alcool sont interdits en Iran et seuls les membres des minorités religieuses chrétiennes sont autorisés à boire de l'alcool.

Prendre un verre est passible de 80 coups de fouet, mais si une personne est prise en flagrant délit pour la troisième fois, elle peut être condamnée à mort. La dernière condamnation de ce type remonte à 2007, mais à l'époque le condamné avait échappé à l'exécution après s'être repenti.

La consommation d'alcool semble pourtant en hausse ces dernières années: selon les chiffres officiels, de 60 à 80 millions litres d'alcool de contrebande entrent chaque année dans le pays et la police en saisit seulement 20 millions de litres. Un responsable de la lutte contre la contrebande estimait début 2011 le marché à 730 millions de dollars par an.

Le chef de la police, le général Esmaïl Ahmadi Moghadam, a récemment affirmé que le pays comptait quelque "200.000 alcooliques", et que 80% de l'alcool de contrebande entrait en Iran depuis le Kurdistan irakien.

Outre l'alcool importé illégalement, on peut trouver en Iran de l'alcool artisanal fabriqué clandestinement, moins cher mais parfois toxique et qui fait chaque année des dizaines de victimes en Iran.

bur/fc

PLUS:afp