NOUVELLES

Grève étudiante: Charest est intervenu auprès de l'ex-ministre français Jack Lang

24/06/2012 06:41 EDT | Actualisé 24/08/2012 05:12 EDT

QUÉBEC - Le premier ministre Jean Charest a déclaré dimanche qu'il a pris l'initiative d'intervenir auprès de l'ex-ministre français de l'Éducation Jack Lang, en raison de ses prises de position favorables au mouvement étudiant.

M. Lang avait exprimé son opposition à la hausse des droits de scolarité ainsi qu'à l'adoption de la loi spéciale 78, qui limite les manifestations.

Ces deux décisions ont été prises par le gouvernement de M. Charest, qui s'est personnellement chargé d'intervenir auprès de M. Lang.

Lors d'un point de presse, en marge des célébrations de la Fête nationale, M. Charest a déclaré qu'il avait téléphoné à l'ancien ministre socialiste pour lui expliquer «la situation au Québec».

Selon le premier ministre, l'objectif n'était pas de disputer M. Lang mais de lui donner une information juste.

Âgé de 72 ans, Jack Lang a été ministre de la Culture durant la présidence de François Mitterrand, puis ministre de l'Éducation nationale dans le gouvernement du premier ministre Lionel Jospin.

M. Lang avait écrit au porte-parole de la Coalition large de l'Association pour solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Gabriel Nadeau-Dubois, pour lui exprimer son appui.

Le politicien français avait aussi accordé une entrevue au quotidien Le Devoir pour dénoncer la «violence» de la hausse des droits de scolarité ainsi que les «mesures draconniennes» prises contre les manifestants.

M. Charest a déclaré dimanche qu'il avait déjà rencontré M. Lang avant de lui téléphoner.

«Quand j'ai vu ses commentaires, j'ai appelé M. Lang pour lui parler de la situation au Québec, a-t-il dit. Il a le droit de s'intéresser au Québec. Je l'ai appelé, pas pour le disputer, au contraire, pour lui parler de ce qui se passe au Québec.

«De toute évidence, il était très mal informé et ça m'a permis de lui donner une information juste sur ce qui se passe au Québec.»

M. Charest a reconnu que ce genre d'intervention est inhabituelle.

«Non, je ne fais pas ça régulièrement, a-t-il dit. Ça dépend des circonstances.»

Aux législatives du 17 juin dernier, M. Lang a échoué dans sa tentative de se faire élire dans une circonscription des Vosges, dans l'est de la France.

PLUS:pc