NOUVELLES

Girouard rate son rendez-vous avec l'histoire au Championnat de Montréal

24/06/2012 05:57 EDT | Actualisé 24/08/2012 05:12 EDT

SAINTE-JULIE, Qc - Marc Girouard a joué la normale (72) et raté son rendez-vous avec l'histoire, dimanche au Championnat de Montréal, en s'adjugeant le 57e rang avec un score cumulatif de 219 après 54 trous.

Le golfeur de 50 ans était en voie de réécrire l'histoire puisqu'il occupait le 39e échelon à moins-3 lorsqu'il s'est élancé sur son avant-dernier trou, le huitième, une normale-3 de 169 verges. Après avoir raté son coup de départ et éprouvé des ennuis à expédier son coup d'approche sur le vert, il s'est finalement contenté d'un cruel triple boguey.

«Je pensais pouvoir ramener une carte sous la normale aujourd'hui — j'étais à égalité avec la normale avec quatre trous à jouer. Je me sentais en contrôle, mais le golf est fait ainsi. J'ai frappé un coup à deux, trois verges à gauche du vert au trou no 8, donc du mauvais côté, et la balle a rebondi quasiment 25 pieds plus loin. De là, mon coup d'approche était très difficile et ma balle est sortie du vert. Et donc j'ai fini avec six. Ça m'a laissé un petit goût amer.»

Le golfeur du club Le Diamant n'a pu surpasser le meilleur résultat d'un représentant du fleurdelisé. Yvan Beauchemin avait obtenu une 52e position en vertu de son score cumulatif de moins-6 l'an dernier au Fontainebleau, à l'occasion de cette unique étape du circuit réservé aux joueurs de 50 ans et plus en sol canadien.

«Il faut chercher les consolations là où elles sont, il faut regarder le positif et oublier le négatif, a confié Beauchemin en apprenant que son compatriote n'avait pu abaisser sa marque. On veut tous tellement bien faire, et ce n'est pas de la mauvaise volonté.»

Girouard peut toutefois se consoler en se disant qu'il fut le meilleur golfeur québécois ce week-end à plus-3 au total, un exploit remarquable compte tenu des conditions de jeu très difficiles qui prévalaient sur le parcours Verchères du club de golf de la Vallée du Richelieu. Une victoire douce-amère dans les circonstances.

«Ce n'est que du positif, c'est une expérience extraordinaire, a déclaré Girouard. J'aurais aimé mieux performer, c'est certain, mais je suis quand même satisfait du résultat. J'ai juste hâte de voir si j'aurai encore la chance de le faire, et c'est sûr que c'est dans mes objectifs futurs de le faire.»

Pour sa part, Beauchemin, le seul Québécois à avoir participé à chacun des trois premiers Championnats de Montréal, s'est dit satisfait de son score de 74 en ronde finale, le reléguant en 73e place au classement général à six coups au-dessus de la normale.

Claude Tremblay, qui s'était qualifié pour le tournoi par la grande porte en remportant le Défi AGP, a lui aussi connu sa part d'ennuis et joué 78 (plus-6), en route vers le 79e échelon à plus-14. Tremblay, du club Le Boisé, a notamment pointé du doigt son manque de préparation pour justifier son résultat final.

«Ç'a été difficile, honnêtement je ne pensais pas que ç'allait être aussi difficile au cours des deux derniers jours, a noté Tremblay. Je suis vraiment déçu de ma performance, mais si jamais je reviens l'an prochain, on va essayer de se préparer beaucoup mieux pour jouer ce type de terrain-là. Je dois admettre que je n'étais pas vraiment prêt à jouer ce type de compétition-là.»

Laforce, sur les traces de Talbot

Des trois nouvelles recrues, c'est sans aucun doute Jean Laforce qui a le moins bien paru dans ce tournoi en aboutissant au dernier rang à plus-19, après avoir remis une carte finale de 83 (plus-11).

«J'ai jamais su prendre la mesure des verts aujourd'hui, a commenté le principal intéressé. J'ai requis trois roulés six ou sept fois, malheureusement, mais je suis confiant de pouvoir revenir l'an prochain plus expérimenté et plus prêt. Et dans mon cas, ça va m'aider pour ma qualification pour le circuit senior européen plus tard cette année.»

Laforce est ainsi devenu le deuxième golfeur québécois en autant d'années à terminer dernier du Championnat de Montréal, après Daniel Talbot en 2011. Ce résultat a remis en question la présence de certains golfeurs parmi le plateau très relevé du circuit des Champions. Beauchemin fut parmi ceux qui se sont portés à la défense de Laforce.

«Il ne faut pas lui jeter la pierre, parce que le gars a pris son courage entre ses mains, il a payé ses frais, il s'est inscrit, et même s'il sort dernier il est sorti meilleur, a dit Beauchemin. Il s'est amélioré, parce qu'il faut affronter les meilleurs de la planète pour avancer.»

Le golfeur de 53 ans avait déclaré à l'aube du tournoi qu'il visait un résultat parmi les 40 premiers golfeurs de ce tournoi de 54 trous sans seuil de qualification, un objectif qui était réaliste selon lui.

«Je persiste à dire qu'on peut se maintenir en milieu de peloton, mais ce qui nous a joué des tours aujourd'hui c'est que les verts étaient très peu réceptifs, a expliqué Laforce. Ce ne sont pas les mêmes conditions que sur le circuit de l'AGP — la balle n'arrête pas deux, trois pieds après la maque de balle sur le vert.»

PLUS:pc